• Bulletin d’information novembre 2018

    EMF CALL: des limites réellement protectrices Avec la nouvelle norme 5G, les technologies de la radio vont bientôt pénétrer dans tous les espaces privés et publics du pays. La protection de la santé et de l’environnement est-elle suffisante? Lennart Hardell et ses collègues font campagne pour que les appels internationaux aux CEM soient réellement efficaces. (Sauf 🙂 De 

    nouvelles limites vraiment protectrices sont nécessaires. Nous appelons les Nations Unies, l’Organisation mondiale de la santé et tous les gouvernements à promouvoir l’élaboration et la prise en compte de politiques liées à la médecine. Celles-ci doivent être indépendantes des conflits d’intérêts – en termes de liens directs ou indirects avec l’industrie … >>>



    DEBAT 5G 
    « Pas de progrès, mais une régression sérieuse »

    Face aux discussions en cours sur les prochaines ventes aux enchères des fréquences 5G, le théologien bien connu Werner Thiede a son mot à dire. Dans une interview à sa nouvelle publication ( Le piège progressif numérique: Pourquoi la société Gigabit menace les récompenses des libéraux et du 5G Mobile) , l’auteur explique: « Je ne nie pas que la numérisation a, à certains égards, apporté des avantages et apportera … Mais Je ne ferme pas les yeux sur les tendances globales du développement, et elles me préoccupent beaucoup, et pas seulement à moi!  » 

    (From The Digital Progressive Trap 🙂

    Les effets menaçants devraient provenir en particulier de la cinquième génération de la technologie mobile. Cela concerne, d’une part, les risques immédiats pour la santé résultant de … l’irradiation généralisée d’humains … d’animaux et de plantes … et, d’autre part, les effets indirects, dans la mesure où la révolution numérique ne serait pas en mesure de mener à bien son prochain changement, désormais véritablement culturel, pourrait … >>>



    ÉDUCATION ET RADIO MOBILE 
    Enfants sous stress

    5G, Wi-Fi pour les écoles, consommation sans fil partout: Bernd I. Budzinski demande, dans un article fondamental en nature et en droit(3/2017, Springer Verlag), des perspectives juridiques sur les développements futurs. 

    (Extrait 🙂 

    Ni un avertissement concernant le cancer publié par l’OMS en 2011, ni des décisions de tribunaux étrangers, ni le refus de tous les assureurs de garantir des dommages pour leur santé en raison de cette « technologie à haut risque », ont jusqu’ici conduit à davantage de précautions et de précautions dans le secteur mobile … Personne ne semble … objet vouloir que l’école soit connectée à Internet … sans fil via les téléphones mobiles … >>>

    Le sujet aussi: 

    Bien grandir dans le monde des médias numériques . Nouveau guide de diagnostic: médias … >>> 

    Consommation de médias et rayonnement des téléphones portables . Brochure pratique en format flyer … >>>



    RECHERCHE Les 
    relations de l’industrie avec la science Les

    conflits d’intérêts constituent  un défi pour la science d’aujourd’hui. Franz Adlkofer montre les difficultés rencontrées dans le débat actuel sur l’étude NTP: Comment l’industrie de la communication mobile traite-t-elle la science, comme l’illustre l’ICNIRP et le NTP ? 

    (Extrait) 

    Le développement des technologies de communication mobile, de la 1G à la 5G, est une success story déjà entendue. Le rayonnement radioélectrique (RF) et ses modulations … sont biologiquement inoffensifs … >>>



    NOUVELLE INITIATIVE INTERNATIONALE
    Alerte téléphone porte
    Récemmentil est une nouvelle initiative internationaleAlerte téléphone porte ,qui strictement thens pour les intérêts des utilisateurs. Marc Arazi, président d’ Alert Phonegate, a déclaré: « Nous avons pour objectif d’informer, de protéger et de défendre les millions d’utilisateurs de téléphones mobiles avec le soutien d’organisations internationales, de scientifiques, de professionnels de la santé, d’avocats et de journalistes ». Plus d’informations … >>>


    KRAKOW 
    Discussion sur la pollution par les 
    champs électromagnétiques
    La ville de Cracovie, en Pologne, présente le Forum international sur la protection de l’environnement contre la pollution par les champs électromagnétiques (septembre 2018). 

    (Rapport) 

    Niveaux de CEM dans notre environnement naturel … >>>



    RAPPORT ELECTROSMOG Etudes en cours


    Dans le numéro de novembre du Service d’information spécialisé sur l’importance des champs électromagnétiques pour l’environnement et la santé,  ElektrosmogReport (édité par Thomas Dersee) , Isabel Wilke présente de nouvelles études et publications, notamment: 

    « Magnetic Perception I: PEMF Induces ROS Formation de Cryptochrome » 
    ( . Sherrard RM et al 2018) 

    « effet haute fréquence sur les reins: 2,45 GHz peut entraîner des lésions rénales » 
    (Kuybulu AE et al 2016).  

    « perception de l’ aimant II: le rôle de Cryptochrome »
    (Landler l Keays DA 2018) les 

    rapports actuels sont  à Un mois d’expiration également disponible dans les archives en ligne … >>> 


    Pour plus d’informations, nous vous recommandons …

    Médecine, cabinets médicaux, 
    médecins et téléphones mobiles  
    Appel international des médecins 2012 

    Fondamentaux Recherche et Science, Société, 
    Initiative de compétences en communication mobile pour la protection de l’homme, l’environnement et la démocratie eV .

    Recherche, promotion de la science indépendante 
    Pandora – Fondation pour la recherche indépendante

    Diagnostic environnemental et protection des consommateurs 
    : funk eV

     

    Avec mes salutations amicales et collégiales …

     

    Prof. Dr. Dürer. nat. Mario Babilon – Prof. dr. Dürer. nat. Klaus Buchner  
    Dr. phil. Peter Ludwig – Prof. dr. phil. Karl Richter 

    Barbara Dohmen, médecin spécialiste en environnement – Ingénieur diplômé Joachim Gertenbach – Dr. Ing. med. Monika Krout 
    Dr. med. Joachim Mutter – Klaus Scheidsteger – Dr. med. Dürer. nat. Ulrich Warnke 

    Conseil d’ administration de Kompetenzinitiative >>> )

    Dr. med. Markus Kern – Dr. med. Wolf Bergmann 

    Dr. med. Karl Braun-von Gladiß – Prof. dr med. Karl Hecht – Dr. med. med. Horst Eger 

    Initiative Médecins de la compétence

    >>> Bulletin d’information sur la vie privée >>>

    un comité d ‘ experts  américain conclut que le cellulaire cause le cancer

    /

    Traduction de :Votre téléphone portable peut-il causer le cancer?
    Les scientifiques trouvent un lien définitif dans l’étude des rats.
    PAR JOHN MURAWSKI
    jmurawski@newsobserver.com
    http://www.newsobserver.com/news/business/health-care/article207112454.html

    Research Triangle Park, Caroline du Nord, 28 mars 2018

    Les ondes radioélectriques des téléphones portables peuvent être liées de manière décisive au cancer chez les rats, selon un panel scientifique national américain réuni mercredi à Research Triangle Park (RTP). La conclusion des scientifiques établit le lien le plus clair avec le risque de cancer présenté pour les humains par le téléphone portable dans une des plus importantes études américaines réalisées à ce jour.

    Les scientifiques ont fait leur annonce à la fin d’une réunion de trois jours pour examiner une expérience de 25 millions de dollars menée sur des rongeurs par le National Toxicology Program (Programme national de toxicologie) au RTP pour la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis. L’ébauche de l’étude, publiée début février, avait établi un lien faible dans certains cas, mais le groupe consultatif scientifique a affirmé mercredi que les données étaient plus convaincantes et indiquaient un risque plus élevé que ce qui avait été initialement reconnu.

    La décision de mercredi devrait changer le débat sur la sécurité des téléphones portables, et les militants de la santé publique prédisent que les résultats vont pousser les agences fédérales à lancer des avertissements de sécurité et à renforcer les normes de sécurité (sur l’usage) de cet appareil électronique omniprésent.

    « Cela devrait très probablement conduire à une réduction des limites d’exposition », a déclaré Ronald Melnick, le scientifique du National Toxicology Program qui a conçu l’étude avant sa retraite il y a neuf ans. « Cela compte beaucoup parce que les agences qui recevront ces données prendront des décisions de santé publique basées sur ces informations », a-t-il dit.

    Melnick a indiqué que les risques pour la santé reconnus ce mercredi devraient également contraindre les responsables publics et les responsables des télécommunications « à ne pas promouvoir l’utilisation de certains de ces dispositifs émetteurs de radiofréquences pour les enfants ».

    Le projet de rapport original a été jugé peu concluant par la FDA et l’American Cancer Society le mois dernier, et les militants s’attendaient à ce que le groupe scientifique approuve ces conclusions lors de la réunion de mercredi.

    Avant que les scientifiques ne votent, Kevin Mottus, le directeur de la sensibilisation de la California Brain Tumor Association [l’association californienne des victimes de tumeurs cérébrales qui « milite pour que la prévention soit le traitement et dénonce les dangers environnementaux mettant en danger la santé publique »], a demandé à l’ensemble du panel de se récuser faute de qualifications pour évaluer les données sur les radiofréquences. Mottus a déclaré plus tard que les téléphones cellulaires sont comparables à l’amiante et au tabac et devraient porter des étiquettes d’avertissement de santé.

    Mais au fur et à mesure de la discussion, les scientifiques ont commencé à proposer des motions pour réviser les résultats et dire qu’une exposition prolongée aux radiofréquences peut être clairement liée au cancer du tissu cardiaque chez les rats mâles. L’étude concluait précédemment qu’il y avait un lien mais pas de preuve claire.

    Les cancers du tissu cardiaque étaient particulièrement significatifs parce qu’ils constituent une forme rare de cancer qui survient encore plus rarement chez le rat et qui ne peut être expliquée comme une maladie aléatoire.

    Les panélistes ont également voté pour l’affirmation que l’étude montre un lien entre le rayonnement du téléphone cellulaire et le cancer du cerveau chez les rats. L’ébauche de l’étude disait que le lien était équivoque, une désignation scientifique indiquant qu’il n’était pas concluant et peut-être sans conséquence.

    En plus de montrer une augmentation des cancers chez les rats, l’étude a également montré que les rats nouveau-nés pesaient moins et souffraient de taux de mortalité plus élevés lorsqu’ils vivaient dans une chambre d’exposition aux radiofréquences.

    Et après?
    Le directeur du bureau de la science et de l’ingénierie de la FDA, Edward Margerrison, a assisté à la réunion et a mis en garde contre la formation de conclusions hâtives basées sur les votes de mercredi. « Nous adoptons une approche responsable », a-t-il déclaré. « Nous ne prendrons pas de décision impulsive sur quoi que ce soit. »

    La FDA doit traduire les résultats obtenus chez les rongeurs par rapport aux risques présentés pour la santé humaine, et la Federal Communications Commission décidera si les conclusions de la FDA sont suffisamment sérieuses pour justifier l’établissement de normes d’émissions plus sévères pour les téléphones portables américains.

    Margerrison a souligné que l’expérience sur les rats a exposé les animaux à des niveaux de radiofréquences plus élevés que ce que reçoit typiquement un utilisateur de téléphone cellulaire. Mais les militants présents à la réunion ont prétendu que l’exposition sur deux ans – vécue par les rats – était comparable à une exposition à vie pour un être humain.

    La décision du groupe scientifique est seulement consultative et devra être adoptée par la FDA, mais le scientifique John Bucher a dit qu’il est inhabituel que les recommandations d’un groupe consultatif soient rejetées. Bucher, du NTP, était le scientifique principal de l’étude, commandée par la FDA en 1999 et réalisée dans des chambres souterraines, où 3000 rongeurs ont été bombardés de radiofréquences neuf heures par jour pendant deux ans.

    L’industrie des télécommunications a longtemps insisté sur le fait que ses produits sont sûrs pour une utilisation quotidienne. Jason Johnson, porte-parole de la CTIA (Cellular Telecommunications Industry Association), qui regroupe les industriels des télécommunications, a déclaré que la décision de mercredi devra être évaluée, notant que l’avis du panel ne représentait pas le dernier mot sur cette question litigieuse. « La communauté scientifique considérera les projets de rapports du NTP dans le contexte des nombreuses autres études scientifiques menées sur plusieurs décennies », a-t-il annoncé par courrier électronique. « La Federal Communications Commission, la Food and Drug Administration, l’Organisation mondiale de la santé, l’American Cancer Society et de nombreuses autres organisations internationales et américaines ont maintenu leur conclusion de longue date selon laquelle les preuves scientifiques ne démontrent aucun risque pour la santé. »

     

    Comment vous protéger

    Les militants de la santé publique ont rappelé que durant la poursuite de cette guerre des études contradictoires et des opinions d’experts, le public peut prendre des mesures concrètes pour se protéger de l’exposition aux radiations des téléphones cellulaires. Ils recommandent d’utiliser des écouteurs ou des casques d’écoute filés (pas sans fil). Ils recommandent aussi de garder le téléphone loin du corps, de le porter dans un sac à dos ou un sac à main et d’utiliser un haut-parleur pour converser, et de ne pas porter de téléphone cellulaire dans ses poches parce que les organes reproducteurs mâles sont particulièrement sensibles aux ondes de radiofréquences.

    L’épidémiologiste et auteure Devra Davis, présidente de l’Environmental Health Trust et professeure de médecine invitée à l’Université hébraïque d’Israël, a affirmé que même si les résultats de laboratoire ne sont pas concluants pour un scientifique, ils signalent pourtant que les humains sont involontairement menacés par leurs propres inventions. « Nous sommes au milieu d’une vaste expérimentation sur nous-mêmes », a-t-elle dit.

    Lire aussi :

    National Toxicology Program: Peer & public review of cell phone radiation study reports – Experts find “clear evidence” of cancer from cell phone radiation in NTP study

    How Big Wireless Made Us Think That Cell Phones Are Safe: A Special Investigation – The disinformation campaign—and massive radiation increase—behind the 5G rollout.

    Auteur

    Dernières publications

  • Riverains d’antennes-relais : ADN en danger

    L’exposition chronique à faible dose aux rayonnements de la téléphonie mobile

    endommage l’ADN des riverains d’antennes-relais

    Publiée dans une revue scientifique à comité de lecture, une étude novatrice menée par une équipe de chercheurs indiens vient conforter la thèse de l’existence d’effets de l’exposition chronique aux radiofréquences à faible dose.

    Les chercheurs ont comparé un groupe de personnes exposées à des antennes de téléphonie mobile à un groupe non exposé, selon un protocole permettant de minimiser les biais et les facteurs confondants. A partir de prélèvements sanguins, ils ont cherché à connaître l’effet de l’exposition sur le stress oxydatif, ses conséquences métaboliques et les dommages induits sur l’ADN. Pour ce faire, ils ont utilisé cinq marqueurs biologiques permettant de recouper l’analyse des résultats.

    L’exposition moyenne du groupe exposé s’élève à 1,37 V/m et les expositions les plus élevées ne dépassent pas 1,7 V/m, soit des expositions rencontrées chez nombre de riverains d’antennes en France. Malgré ces niveaux très faibles en comparaison des valeurs-limites d’exposition réglementaires, les résultats sont édifiants et nous interpellent à plus d’un titre :

    • La proximité de l’antenne, le nombre d’années d’exposition à l’antenne et le niveau d’exposition (particulièrement >4 mW/m2 soit 1,23V/m) ont un effet statistiquement significatif sur les 5 marqueurs.

    • On note également un cumul d’effet de l’usage à long terme (plus de 5 ans) et régulier (au-delà de 3 heures par jour) du portable lorsqu’il est associé à l’exposition chronique aux rayonnements des antennes sur le marqueur de génotoxicité.

    Les auteurs proposent, pour expliquer ces résultats, un mécanisme d’action des radiofréquences basé sur la production de radicaux libres délétères pour les cellules et l’ADN et ils concluent : « La présente étude montre que vivre près d’une station de base ou utiliser régulièrement un téléphone mobile endommage l’ADN et peut avoir, à long terme, un effet sanitaire. La persistance d’ADN non réparés entraîne une instabilité génomique qui peut évoluer vers des maladies incluant l’induction de cancer. »

    Pour Janine Le Calvez, vice-présidente de PRIARTEM: « Avec de tels résultats, il va être difficile de dire que les normes nous protègent et que les riverains d’antennes se plaignant de troubles ne souffrent, en réalité, que de la vue de ces antennes ou de la peur des ondes. La plupart des symptômes qu’ils décrivent sont tout à fait explicables par du stress oxydatif et des dommages à l’ADN. Il est de notre responsabilité de faire connaître largement cette étude solide dont les résultats préoccupants vérifient sur le terrain ce que l’on sait déjà sur la génotoxicité des radiofréquences et leur impact sur le stress oxydatif ».

    Sophie Pelletier, présidente de PRIARTEM ajoute : « A l’heure où l’État entend accélérer le développement de toutes ces technologies, continuer sans réelle contrainte ni environnementale ni sanitaire, relève aujourd’hui de l’irresponsabilité. Nous demandons plus que jamais une réglementation réellement protectrice des populations ».

    PJ : Note technique sur l’étude

    Référence de l’Etude : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/28777669


 

Des sociétés de téléphonie mobile avertissent leurs actionnaires des risques de cancer mais les cachent à leurs clients. 

Les principales firmes de la Téléphonie Mobile accusées d’être sélectives dans leur approche de la vérité

 
MIRROR, 02 Juin 2018, par Grace MACASKILL

Sept ans après le classement des radiofréquences dans le Groupe 2B, probablement cancérogène, l’industrie des Télécoms alerte ses actionnaires des risques de cancer possibles liés à leurs appareils.


Les plus importantes firmes de téléphonie mobile, dont BLACKBERRY, EE, NOKIA et VODAFONE ont averti leurs investisseurs qu’ils pourraient devoir faire face à des poursuites judiciaires de la part d’usagers de téléphones portables s’il s’avérait que des études démontrent des liens entre l’utilisation de leurs produits et le cancer.

British Télécom, qui possède le groupe EE, a informé sans détour ses investisseurs dans son rapport annuel de 2017 :

« Nous ne pouvons fournir l’assurance absolue que la recherche dans le futur n’établisse pas de liens entre les émissions de radiofréquences et les risques sanitaires ».

 
Et NOKIA affirme : « Certains résultats de recherche ont indiqué que les ondes électromagnétiques émises par les téléphones portables et les stations de base peuvent avoir des effets néfastes sur la santé, comme l’augmentation du risque de cancer ».
 
NOKIA affirme aussi qu’en dépit du respect de la réglementation « les inquiétudes sur les effets néfastes sur la santé… pourraient rendre difficile l’acquisition et la fidélisation des clients ».
 
Jusqu’à maintenant, ils ont négligé d’avertir les usagers de tous les risques potentiels aussi bien dans leurs publicités que sur leurs packagings.
 
Neil WHITFIELD, premier Britanique à poursuivre un fabricant de téléphones portables, a déclaré : « Si les firmes mettent en garde les investisseurs qu’il existe un risque potentiel, qu’elles avertissent les personnes qui utilisent leurs téléphones et leurs réseaux ! ».
 
 
 

2 le portable :

  • la France interdira le cellulaire à l’école

    L’usage du téléphone cellulaire par les élèves de 15 ans et moins sera interdit en France dès l’automne prochain. Ils « seront interdits à l’école et au collège dès la rentrée 2018 », a déclaré le ministre de l’Éducation nationale Jean-Michel Blanquer à l’émission de télé Le Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI (à partir de 48 min 10). La mesure ne touchera pas les lycéens qui équivalent à nos cégépiens.

    Loi nationale

    En France, les élèves doivent déjà éteindre leur téléphone portable et le laisser dans leur sac à dos ou dans une boîte à l’entrée des classes. Désormais, les jeunes ne pourront plus l’utiliser durant les pauses. Le ministre y voit un moyen de combattre notamment la cyberintimidation et de favoriser la socialisation. « Ces jours-ci les enfants ne jouent plus aux moments des pauses, ils sont tous juste devant leur smartphone et d’un point de vue de l’éducation, cela pose problème », a-t-il déclaré au quotidien britannique The Telegraph.

    L’interdiction du cellulaire est une mesure qui figurait dans le programme de campagne du président Emmanuel Macron. « Il s’agit là d’une autre étape de l’application de la Loi no 2015-136 du 9 février 2015 relative à la sobriété, à la transparence, à l’information et à la concertation en matière d’exposition aux ondes électromagnétiques. L’objectif de cette loi : modérer l’exposition aux ondes par diverses mesures », rappelle Hélène Vadeboncoeur, présidente du Rassemblement ÉlectroSensibilité Québec, association de sensibilisation à cette problématique et qui défend les droits des personnes qui en sont atteintes. « La première mesure a été d’interdire en 2015 le Wi-Fi dans les garderies et d’en limiter l’usage à l’école primaire. Cela s’est accompagné de l’obligation de procéder à des consultations en cas de projet d’implantation d’antenne-relais. La deuxième mesure, appliquée depuis le début de l’année, concerne les employeurs, qui doivent évaluer les niveaux de rayonnements aux radiofréquences sur les lieux de travail et agir en cas de dépassement des valeurs limites d’exposition. »

    Une mise en œuvre complexe

    Le site web de Génération Nouvelles Technologies précise les enjeux : « Avec plus de huit adolescents sur dix déjà équipés, la présence du téléphone portable à l’école ou au collège peut créer des perturbations pendant les cours et des tensions dans la relation élève-enseignant, mais aussi d’élève à élève. Toutefois, l’application d’une telle interdiction, si elle peut être souhaitable durant les cours, pourrait être plus difficile durant les intercours, alors que les parents peuvent être amenés à équiper leurs enfants pour pouvoir les joindre. Par ailleurs, vérifier que les élèves auront bien laissé leur téléphone dans l’espace de confinement prévu s’annonce déjà plutôt compliqué. »

    En effet, en septembre dernier, la première fédération française d’associations de parents d’élèves évoquait « un problème de logistique effroyable ». L’interdiction déjà en vigueur «  est extrêmement difficile à faire respecter », affirmait au quotidien Le Monde Valérie Sipahimalani, enseignante et secrétaire générale adjointe du Syndicat national des enseignants du second degré, notamment à cause du nombre de surveillants qui a tendance à diminuer. « Les élèves sont accros à leur téléphone, c’est un vrai fléau », témoignait, il y a quelques mois auprès du Monde, Xavier Bessière, professeur de droit maritime au lycée professionnel de Sète (Hérault). Pas un cours sans que cet enseignant ait à rappeler la règle à un « pianoteur » qui tente de dissimuler l’objet du délit sous sa table. « On ferme les yeux, c’est certain, parce qu’on ne peut pas lutter, on ferait le gendarme tout le temps », concède-t-il. D’autres enseignants affirment que l’usage « raisonné et raisonnable » du téléphone portable « sous le contrôle de l’enseignant » peut être utile.

    Le ministre Blanquer répond que les modalités de l’interdiction sont en développement. « Parfois, vous pouvez avoir besoin du téléphone portable, par exemple pour des usages pédagogiques [ou pour] des situations d’urgence. Et donc il faut qu’il soit en quelque sorte confiné, ce qui d’ailleurs au passage existe déjà : il y a des collèges qui réussissent à le faire. »

    Nocivité des écrans

    Sans interdire les tablettes, Jean-Michel Blanquer en a profité pour souligner que pour lui et sa collègue ministre de la Santé, les écrans sont nocifs pour les tout-petits. « Elle a sur son bureau et moi aussi des études de santé publique qui montrent que l’exposition aux écrans des enfants en dessous de sept ans, c’est un problème de santé. » (Lire : L’immense nocivité des écrans pour le développement des jeunes enfants.) Plus tard, il a précisé : « Il y a un message de santé publique qui concerne les familles. C’est à dire, les enfants, il est bon qu’ils ne soient pas trop (…), le mieux est qu’ils ne soient pas du tout devant les écrans avant l’âge de sept ans. C’est un sujet de société fondamental… »

    Pour l’association PRIARTEM (Pour rassembler, informer et agir sur les risques liés aux technologies électromagnétiques), le ministre « envoie aux parents un message clair : le portable n’est pas compatible avec de bonnes conditions d’apprentissage parce que son usage ne favorise pas la concentration. Si ceci est vrai à l’école, cela demeure vrai également à l’extérieur de l’enceinte scolaire. »

    L’association ajoute que ce n’est pas seulement le fait de regarder un écran pendant des heures tous les jours qui contribue à l’augmentation du nombre de jeunes enfants présentant des troubles de comportement, de langage, de concentration et d’apprentissage. Les micro-ondes émises par les portables et tablettes en mode Wi-Fi, en plus d’être reconnues cancérogènes par le National Toxicology Program américain depuis 2016, nuisent aussi au fonctionnement du cerveau : « Même si ce n’est pas l’objectif affiché, cette décision va dans le sens des recommandations de l’ANSES (Agence de sécurité sanitaire) de réduire l’exposition des enfants aux radiofréquences et, notamment, à celles émises par les portables. » D’ailleurs, un communiqué émis par l’association « invite le ministre à ne pas s’arrêter en si bon chemin. Les portables, ce n’est pas bon pour la santé des enfants, les tablettes non plus ». Pour PRIARTEM, la déclaration du ministre sur les écrans « constitue, de fait, une remise en cause profonde du « Plan numérique à l’école » qui visait à équiper le plus tôt possible (dès la maternelle) les enfants de tablettes numériques. » D’ailleurs, dès 2011, le Conseil d’Europe, organe non politisé qui avise les pays membres de l’Union européenne, recommandait d’interdire les cellulaires et les tablettes dans les écoles parce qu’ils présentent un risque pour la santé.

    En effet, en plus de générer de la cyberdépendance chez plusieurs, les cellulaires et les tablettes Wi-Fi ont plusieurs effets biologiques nocifs, selon plusieurs études. D’après un avis publié en 2008 par le Comité national russe sur la protection contre les rayonnements non ionisants, cité sur le site de l’Organisation mondiale de la santé, les enfants surexposés aux ondes risquent à court terme de devoir faire face à divers problèmes de santé : perturbation de la mémoire, perte d’attention, diminution des capacités cognitives, irritabilité accrue, problèmes de sommeil, augmentation de la sensibilité au stress et épilepsie.

    Hélène Vadeboncoeur du RESQ rappelle que la loi française « et sa mise en œuvre ont accompagné le travail de revue de la littérature scientifique fait par l’ANSES. Ce travail a mené notamment à la rédaction du rapport sur les radiofréquences et les enfants publié l’année dernière. Vu la plus grande vulnérabilité des enfants à la pollution environnementale, l’ANSES recommandait dans son rapport de réduire leur exposition au sans-fil. Il existe en effet assez de preuves scientifiques sur la nocivité des rayonnements électromagnétiques pour appliquer le principe de précaution. »

    La Californie prône la prudence

    C’est dans ce même esprit que le 13 décembre dernier, le ministère californien de la santé publique (California Department of Public Health ou CDPH) a publié des lignes directrices aux individus et familles souhaitant réduire leur exposition aux ondes émises par les cellulaires. L’avis affirme : « Bien que la science continue d’évoluer, certaines expériences de laboratoire et études sur la santé humaine ont suggéré la possibilité qu’une utilisation élevée à long terme des téléphones cellulaires puisse être liée à certains types d’effets de cancérogénèse et autres effets sur la santé, notamment :
    • le cancer du cerveau et les tumeurs du nerf acoustique (nécessaires à l’audition et au maintien de l’équilibre) et des glandes salivaires
    • des spermatozoïdes moins nombreux et inactifs ou moins mobiles;
    • des maux de tête et des effets sur l’apprentissage et la mémoire, l’ouïe, le comportement et le sommeil.

    Le CDPH se préoccupe particulièrement du fait que les enfants possèdent leur premier cellulaire à l’âge de 10 ans, en moyenne. « Le cerveau des enfants se développe au cours de l’adolescence et pourrait être plus affecté par l’usage du téléphone cellulaire, rappelle la directrice du département, Dr Karen Smith. Les parents devraient songer à réduire le temps où leurs enfants utilisent des cellulaires et les encourager à les éteindre la nuit. » Les radiations pénètrent plus profondément dans le cerveau des jeunes que chez les adultes. Les rares études sur le sujet indiquent qu’elles pourraient causer des pertes d’audition, des acouphènes (bourdonnement des oreilles), des maux de tête et une perte de bien-être en général, ajoute l’avis.

    Le CDPH recommande les mesures pratiques suivantes pour réduire l’exposition des enfants et des adultes à ces radiations :

    • Utiliser un casque d’écoute ou le haut parleur et tenir le téléphone loin du corps, jamais dans une poche, un soutien gorge ou à la ceinture (pour prévenir l’échauffement des tissus corporels);
    • Envoyer des textos au lieu de parler au téléphone;
    • Réduire l’usage du cellulaire lorsque le signal de réception est faible, par exemple dans les transports (car l’appareil émet davantage d’ondes, ce qui augmente l’exposition humaine);
    • Minimiser l’écoute de la musique et de vidéos ainsi que le téléchargement des fichiers lourds (et alors tenir l’appareil loin du corps);
    • Utiliser le mode Avion car il éteint les communications cellulaires, Wi-Fi et Bluetooth;
    • Éteindre le cellulaire ou le mettre en mode Avion la nuit, sinon le tenir loin du lit (les ondes affaiblissent certaines personnes jusqu’à 20-30 pieds, selon Dr Dietrich Klinghardt);
    • Retirer le casque d’écoute quand vous ne faites pas d’appel;
    • Éviter les produits qui bloquent les ondes car ils augmentent aussi les émissions et donc l’exposition.Des normes d’exposition plus sévères réclamées
      Malgré cette décision historique d’alerter le public sur les dommages potentiels causés par les radiations de radiofréquences, les experts indépendants réclament depuis des décennies des normes d’exposition et des mesures de protection beaucoup plus strictes de la part des organismes gouvernementaux internationaux.   Les normes actuelles sont considérées comme désuètes depuis 1991 par trois organismes fédéraux américains parce qu’elles ne visent qu’à éviter l’échauffement des tissus à court terme et non des effets à long terme comme le cancer. « La science est beaucoup plus solide maintenant, mais vous ne le croiriez pas en lisant ce document », affirme Joel Moskowitz PhD, directeur du Centre de santé familiale et communautaire de l’École de santé publique de l’Université de Californie à Berkeley, qui est impliqué depuis de nombreuses années dans ce dossier. En 2013, il a appris que le CDPH avait rédigé des lignes directrices sur la sécurité des téléphones cellulaires depuis 2009 mais sans les publier. Après une série de demandes d’accès à l’information infructueuses, il a intenté un procès et en mars 2017 un juge de la Cour supérieure du comté de Sacramento a ordonné au CDPH de les publier.Le site web de Physicians for Safe Technology offre des recommandations supplémentaires pour réduire davantage l’exposition aux ondes du cellulaire. Il souligne l’importance de savoir qu’un téléphone sans fil émet à peu près le même rayonnement qu’un téléphone cellulaire. Parmi ses recommandations :
    • utiliser un téléphone fixe pour les longs appels;
    • ne pas laisser les bébés utiliser un cellulaire, une tablette ou un ordinateur portable;
    • ne permettre l’usage du cellulaire par un enfant qu’en cas d’urgence;
    • mettre son cellulaire en mode avion la nuit (sa fonction de réveil-matin fonctionnera toujours);
    • placer les routeurs le plus loin possible des chambres, les brancher dans une barre d’alimentation protégée contre les surtensions et les éteindre la nuit;
    • utiliser une connexion internet câblée dans votre maison (pour en savoir davantage, cet article du site EMFAnalysis.com, de l’ingénieur électrosensible Jeromy Johnson, est recommandé);
    • garder les tablettes et ordinateurs portables sur une table (la norme du Federal Communications Commission recommande de les tenir à 7 po du corps pour éviter l’échauffement des tissus);
    • faire remplacer votre compteur intelligent par un compteur non communiquant (Hydro-Québec offre une option de retrait pour 85 $ plus 5 $ de frais mensuel de relève).
      Pour des informations scientifiques sur les risques de cancer du cerveau associés à l’utilisation du téléphone portable, voir MDSafeTech – Brain Tumors and Cell Phones.
  • 3 ) la 5 G ?

  • l’exemption des pompiers californiens envoie tout un message au monde

    /

    /

    /

    Antennes : l’exemption des pompiers californiens envoie tout un message au monde

     

    Susan Foster

    En Californie, les pompiers se plaignent depuis longtemps de symptômes souvent handicapants causés par les émissions de micro-ondes provenant des tours de téléphonie cellulaire installées sur leurs casernes. À leur demande, le parlement californien les a d’ailleurs déjà exemptés pour des raisons de santé de l’application du projet de loi SB 49 sur la technologie sans fil 5G (de cinquième génération). Récemment adoptée par les élus californiens, cette loi vient d’être bloquée par le gouverneur Jerry Brown, suite à une campagne citoyenne lui demande d’y apposer son veto dans l’intérêt de la santé publique. Divers quotidiens californiens avaient réclamé ce même veto pour une autre raison : cette loi aurait donneé carte blanche aux compagnies de télécommunications pour installer des petites antennes (small cell) sur n’importe quel terrain public, par exemple sur les immeubles et les lampadaires, et ce pour un prix dérisoire.

    Voici notre traduction d’un commentaire de Susan Foster, auteure médicale et pompier honoraire du service d’incendie de San Diego. Depuis 2000, Susan collabore avec des pompiers sur l’impact des antennes sur leur santé, leur sécurité et leurs procédures. En 2004, elle a organisé une étude sur le cerveau de pompiers californiens décédés et fut l’auteure de la résolution 15 adoptée par l’ IAFF (International Association of Fire Fighters) demandant un moratoire sur l’installation des antennes cellulaires sur les casernes. Son commentaire est paru le 26 juin 2017 sur le blogue du professeur Dariusz Leszczynski, intitulé Between a Rock and a Hard Place.

    5G RussellPour en savoir davantage sur les dangers de la 5G, lire A 5G Wireless Future : Will it Give us a Smart Nation or a More Unhealthy One?, du Dr Cindy Russell, vice-présidente du Santa Clara County Medical Association, paru en janvier-février 2017 dans le magazine The Bulletin, publié par cette même association. (AF)

     

    L’exemption des pompiers pour raisons de santé envoie un message au monde
    Par Susan Foster

    Les tendances commencent souvent en Californie, se répandent à travers les États-Unis et fréquemment font le tour du monde. Ainsi en va t-il de la technologie sans fil et de la politique poussant son expansion sans contrôle à travers nos communautés. Les prochains jours signifieront peut-être un changement de politique à partir duquel aucun retour en arrière n’est possible. Les pompiers, toujours en première ligne lorsqu’il s’agit de santé et de sécurité, ont un message pour chacun de nous de par leur attitude proactive.

    Une proposition de loi est en attente devant la législature de Californie qui sera débattue dans deux commissions le 28 juin. Si cette proposition devient loi le premier janvier 2018, presque toutes les tours de téléphonie cellulaire pourront être érigées sans aucun contrôle local exercé sur les entreprises de télécommunication. Dans une démonstration de force de puissance corporative et d’influence des élus, un amendement de dernière minute fut ajouté à la proposition de loi pour accorder une permission permanente aux grandes et grosses tours, juste avant le vote, permettant des tours de n’importe quelle forme et hauteur d’être érigées sans que ni les villes ni les résidents n’aient leur mot à dire. Même si les gens veulent toute la connectivité du monde, aucun d’entre eux ne veut se réveiller avec une tour émettant vers ou surplombant sa maison.

    Avant cet amendement expansif, projetant ainsi la proposition de loi de mauvaise à orwellienne [du Britannique George Orwell, auteur du roman 1984 sur un régime totalitaire], la proposition de loi sénatoriale 49 était conçue pour permettre le déploiement rapide de petites tours de téléphonie cellulaire installées toutes les cinq à dix maisons sans  aucune des procédures de zonage qui ont été garanties depuis 20 ans par la loi fédérale américaine de 1996 relative aux télécommunications. Ce déploiement fait partie de l’infrastructure nécessaire pour la 5G — la cinquième génération de technologie sans fil.

    La 5G est une onde de longueur millimétrique, dont les effets ont été peu testés sur les humains et jamais dans une configuration d’exposition constante (24/7) comme ce sera le cas des petites cellules émettrices, situées juste devant les habitations, écoles, hôpitaux et lieux de travail. Les ingénieurs ont trouvé des façons d’amplifier et de cibler la technologie 5G pour lui permettre de pénétrer les barrières à la connectivité avec une plus grande facilité. La 5G va émettre de très hautes fréquences, requérant la proximité des tours ou des antennes entre elles pour assurer la connectivité permanente.

    Nous ne savons toujours pas exactement ce que la 5G fera. Cependant, en général, vous pouvez penser en terme de voitures sans conducteurs, « l’Internet des objets » signifiant la connectivité tous azimuts de vos appareils entre eux, ainsi que le fait que votre routeur Internet domestique deviendra une tour de communication cellulaire. C’est super si vous êtes amoureux de la technologie.

    Et pourtant il y a une vague de fond de préoccupations concernant les effets sanitaires inconnus de l’onde millimétrique ainsi que du placement d’autant de tours si proches les unes des autres. Le processus de contrôle local offrait autrefois la possibilité d’une participation citoyenne, même limitée, dans la sélection au choix des sites des tours de téléphonie cellulaire.

    Maintenant qu’est lancé la campagne de promotion industrielle amplement financée pour promouvoir cette infrastructure en se soustrayant au contrôle local, cette campagne déclenche l’inquiétude profonde de beaucoup de villes et de défenseurs de la santé. Les lobbies des télécommunications ont contribué à faciliter cette campagne en ciblant les membres des commissions-clefs avec des cadeaux financiers. Certains cadeaux sont directs et d’autres sont intelligemment indirects, tels que le chèque de 25 000 $ d’AT&T au parrain de la proposition de loi sénatoriale Ben Hueso, de San Diego.

    En 2015, des journaux locaux ont publié une photographie du sénateur Hueso tenant fièrement un chèque surdimensinoné destiné à son œuvre de charité préférée PIQE (Parents Institute for Quality Education). AT&T était le donateur et le sénateur Hueso était tout sourire, puisque la générosité d’AT&T envers ses électeurs le faisait bien paraître. Cette façon de faire fut répétée encore et encore jusqu’à ce que l’industrie des télécommunications eut obtenu suffisamment de « oui » pour faire adopter la législation supprimant le contrôle de la part des agences de régulation locales et délivrant un chèque en blanc à l’industrie pour qu’elle place elle-même ses tours où elle le souhaite. Ce travail préparatoire est en cours dans de multiples états à travers les États-Unis.

    Les élus californiens, favorables à l’industrie, peuvent prétendre ne rien connaître des inquiétudes concernant la santé, mais en fait ils les connaissent. En effet, le parlement californien a déjà exempté les pompiers de l’application de la proposition de loi sénatoriale SB 49 pour des raisons de santé. En Californie, les pompiers se plaignent depuis longtemps de symptômes fréquemment handicapants provenant des tours de téléphonie cellulaire installées sur leurs casernes. Les villes louent souvent des espaces sur les casernes de pompiers pour ajouter de l’argent au revenu municipal. Les pompiers vivent et dorment dans les casernes lorsqu’ils sont de service et ont de ce fait expérimenté des expositions conséquentes aux radiations des radiofréquences.

    Les symptômes ressentis par les pompiers comprennent des handicaps neurologiques tels que des maux de tête sévères, de la confusion, une incapacité à se concentrer, de la léthargie, de l’incapacité à dormir, et une incapacité à se réveiller pour les appels d’urgence au 911. Des pompiers ont rapporté se perdre en route pour répondre aux appels du 911, alors qu’ils avaient grandi dans le quartier de l’appel. Un médecin vétéran a oublié où il se trouvait pendant qu’il était au milieu d’une procédure réelle de réanimation cardiaque de base et n’a pu se rappeler comment recommencer la procédure. Avant l’installation d’une tour sur sa caserne, le médecin n’avait fait aucune faute en vingt ans. Une étude pilote de 2004 sur les pompiers de Californie a montré des anormalités du cerveau, des handicaps cognitifs, des temps de réaction allongés, ainsi que des manques dans le contrôle des impulsions nerveuses chez les six pompiers contrôlés. Cette étude mena à l’adoption presque unanime de la résolution 15 par l’association internationale des pompiers (IAFF), à Boston en août 2004. La résolution 15 demandait plus d’études et fut amendée pour imposer un moratoire sur l’installation des tours de téléphonie cellulaires sur les casernes des pompiers à travers les États-Unis et le Canada.

    L’IAFF a échoué à financer plus d’études et la loi des États-Unis de 1996 relative aux télécommunications aussi bien qu’une législation équivalente au Canada ont rendu le moratoire caduc. La section numéro 704 de la loi américaine relative aux télécommunications stipule que les inquiétudes environnementales ne peuvent absolument pas être considérées. Les cours de justice ont interprété cette restriction en y incluant la santé. Donc, l’exemption des casernes de pompiers du champ d’application de la proposition de loi sénatoriale 49 est importante et cela aurait du être le cas depuis longtemps. Les tours de téléphonie cellulaire constituent, dans bien des cas, des sources de problèmes cognitifs et d’handicaps physiques pour nos pompiers. Tel que l’esprit de la résolution 15 le soutenait en 2004 et ce que les pompiers de Californie affirment en 2017, si les premiers répondants sont handicapés, la société est à risque.

    Puisque l’état de Californie a reconnu qu’il y a un risque sanitaire pour les pompiers, cela pose la question évidente : qu’en est-il pour nous ? Nous devrions tous avoir la permission de conserver un certain contrôle local ainsi que d’avoir autant de poids décisionnel que possible, même limité, pour protéger nos communautés et nos familles. Parce que les pompiers doivent satisfaire à de rigoureux examens physiques et cognitifs avant d’être admis dans un service de combat du feu, seuls les plus forts et les plus intelligents sont sélectionnés. Donc, la majorité de la population de Californie est par nature plus vulnérable et a plus de probabilité de souffrir un dommage encore plus grand à cause de l’intrusion sans retenue de tours de téléphonie cellulaire dans nos voisinages, écoles, parcs, hôpitaux, lieux de culte et lieux de travail.

    Les pompiers sont loin d’être les seuls à partager cette inquiétude. En 2011, le Centre international de recherche sur le cancer, qui fait partie de l’Organisation mondiale de la santé, a classé les radiations des radiofréquences (des technologies sans fil dans son groupe 2B, c’est-à-dire « peut-être cancérogène », au même titre que le chlordane, le carburant diesel et le plomb. Lisez cette décision ici.

    Le programme américain de surveillance toxicologique (National Toxicology Program) a publié un communiqué de presse en mai 2016, avant la conclusion de son étude de 25 millions de dollars, à cause de leurs résultats inattendus de deux types de tumeurs cancéreuses survenus chez des rats exposés aux radiofréquences : des gliomes malins dans le cerveau et des schwannomes dans le cœur. Lisez la conclusion ici.

    En 2015, l’Appel international des scientifiques dédiés aux champs électromagnétiques (CEM) fut initialement signé par 190 chercheurs de 39 nations et soumis au secrétaire général des Nations Unies, au directeur général de l’Organisation Mondiale de la Santé ainsi qu’aux pays membres des Nations Unies. Lisez ici cet appel à la protection des humains et des animaux des méfaits des CEM et des technologies sans fil.

    Cet Appel demandait urgemment le développement de lignes directrices d’exposition plus protectrices, encourageait les mesures de précautions et appelait à l’éducation du public à propos des risques pour la santé, particulièrement des risques courus par les enfants en croissance et les fœtus en développement.

    Les conseillers auprès de l’Appel international des scientifiques dédiés aux CEM ont ensuite envoyé une lettre à la FCC (Federal Communications Commission, É.-U.) pour s’opposer aux changements proposés dans les règles de la FCC qui permettraient le déploiement rapide de l’infrastructure du sans fil de la 5G dans toute la nation.

    Ces efforts furent reçus par une sourde oreille. Avant son départ, le président sortant de la FCC, Tom Wheeler, annonçait que la 5G « redéfinissait la connectivité en réseau pour les années à venir ». Lorsqu’il lui fut posé la question des inquiétudes concernant la santé, la réponse de Wheeler ressemblait plus à celle du président de la puissante CTIA (Cellular Telecommunications and Internet Association), le groupe de pression du sans-fil qu’il dirigeait avant de prendre la direction de la FCC.

    Wheeler a dit qu’il n’y avait pas de temps pour étudier la 5G parce qu’il y avait des milliards de dollars à faire en infrastructure. Pour résumer, la 5G est une fabrique d’argent et la santé n’est rien.

    Les pompiers ont combattu et justement obtenu l’exemption les protégeant pour raisons de santé. Ils sont les gardiens de la société. Ils méritent d’être protégés, mais aussi que la population qu’ils protègent.

    La seule façon dont la justice peut être rendue maintenant est au travers d’une rénovation de la proposition de loi sénatoriale 49 ou de sa défaite. Le message au reste des États-Unis et vraiment au monde entier est dans les actions des pompiers de Californie : ils ont fait beaucoup de pressions pour se protéger afin qu’ils puissent en retour mieux protéger chacun de nous.

    Il y a un dicton souvent entendu parmi les pompiers : « Premiers arrivés, derniers partis. » Les pompiers de Californie ont pris le risque d’avoir des isotopes radioactifs injectés dans leur sang et ont soumis leurs cerveaux à des tomographies (bombardement d’électrons) pour que nous puissions apprendre ce qui est arrivé à leurs cerveaux lorsqu’ils furent exposés aux tours de téléphonie cellulaire adjacentes à leurs casernes. Ils ont risqué la colère de leurs chefs et celle de certains chefs du syndicat de l’IAFF. Ils ont risqué de perdre des promotions et, dans leurs actions récentes de pression contre les tours de télécommunications du réseau monstrueux de FirstNET sur leurs casernes, ils ont risqué des millions de dollars qu’ils avaient reçus en cotisation syndicales. Ce faisant, ils ont réussi ce que personne d’autre n’a fait. Ils ont reçu une exemption pour raison de santé de la part du parlement de Californie. Ils sont les premiers à entrer dans la bataille pour des raisons de santé face aux radiations émises par les tours de téléphonie cellulaire. Ils ouvrent la voie pour nous. Maintenant, c’est à notre tour de devenir nos propres avocats.

    Ce qui commence en Californie ne reste pas en Californie. Cela se répand à travers la nation et s’envole vers le monde. Cette tendance, malheureusement, arrive une vitesse vertigineuse.

  • les ondes radio fréquences sont  cancérogènes, selon une sommité du cancer

    /

    //

     Dr Anthony B. Miller, sommité en causes et prévention du cancer, fut l'épidémiologiste senior qui a révisé la littérature médicale sur les radiofréquences pour le Centre international de recherche sur le cancer affilié à l'Organisation mondiale de la santé.

    L’un des plus grands experts des causes, de la détection et de la prévention du cancer recommande que les champs électromagnétiques de radiofréquences (RF) utilisés par les appareils de communication sans fil soient classés cancérogènes, au même titre que l’amiante et la fumée de tabac.

    Preuve incontournable
    « La preuve indiquant que le sans-fil est cancérogène a augmenté et ne peut plus être ignorée », a déclaré le Dr Anthony B. Miller le 31 juillet dernier dans le cadre d’une conférence sur le sujet organisé par l’Environmental Health Trust et tenue à Jackson Hole, au Wyoming. Conseiller de longue date auprès de l’Organisation mondiale de la santé, ce professeur émérite de santé publique à l’Université de Toronto a dirigé l’unité d’épidémiologie de l’Institut national du cancer pendant 15 ans (1971-1986), à Toronto, en plus d’avoir collaboré avec les organismes américain et allemand dans ce domaine. Fin 2011, en tant qu’épidémiologiste senior au Centre international de recherches sur le cancer (CIRC, affilié à l’OMS), il fut chargé de réviser la littérature scientifique ayant mené un groupe de travail du CIRC à classer tout rayonnement RF comme un agent du Groupe 2B, « peut-être cancérogène pour l’homme ». Les RF comprennent les micro-ondes pulsées par les téléphones portables, les appareils Wi-Fi, les compteurs intelligents et les antennes de téléphonie cellulaires.

    Or aujourd’hui Dr Miller déclare que les dernières preuves publiées sur le sujet démontrent que le rayonnement de RF émis par les technologies sans fil remplissent les conditions requises pour le reclasser en tant qu’agent « Groupe 1 cancérigène pour l’homme ». Il fonde son avis sur :
    • la toute récente ré-analyse des données de l’étude Interphone, révélant que le risque de cancer double après 10 ans d’usage du cellulaire;
    l’Étude nationale française CERENAT de 2014, indiquant que le risque de gliome (une forme très agressive du cancer du cerveau) est multiplié par cinq si on parle au cellulaire 30 minutes par jour pendant cinq ans;
    diverses nouvelles publications suédoises démontrant notamment que le rayonnement de RF rencontre les critères d’agent causal du cancer, en oxydant les cellules humaines;
    • les résultats préliminaires publiés en 2016 par le Programme national de toxicologie américain d’une étude démontrant que les ondes des téléphones cellulaires peuvent causer des gliomes et des tumeurs cardiaques chez les rats;
    • une étude épidémiologique publiée en 2014 qui a révélé que les personnes atteintes de cancer du cerveau avaient des taux de survie réduits s’ils avaient utilisé un cellulaire ou un téléphone sans fil pendant plus de 20 ans. Le téléphone sans fil pose problème car sa base de recharge émet des ondes 24 heures sur 24 s’il est branché au mur.

    L’avis du Dr Miller est partagé par les autres participants au colloque de Jackson Hole, dont la Dre Annie Sasco, qui a dirigé pendant neuf ans, au CIRC, un Groupe puis une Unité de recherche d’épidémiologie pour la prévention du cancer. « Nous aurions dû préparer une déclaration de Jackson Hole ou au minimum lancer un appel au CIRC pour réévaluation » du statut du rayonnement RF, nous a-t-elle précisé par courriel.

    Pas seulement le cancer
    Ces dernières années, un nombre croissant d’études publiées dans des revues scientifiques révisées par des pairs ont associé l’exposition chronique aux RF à divers symptômes et maladies reproducteurs, hormonaux, neurologiques, psychiatriques, dermatologiques… Les études sur les cellules, les animaux et les plantes appuient les soupçons suscités par les études épidémiologiques chez les humains.

    En plus de la puissance des émissions et de la durée d’exposition, le facteur critique est la distance des antennes et appareils sans fil. Selon le gouvernement français, neuf cellulaires sur dix dépassent les limites règlementaires – visant seulement à prévenir l’échauffement des tissus humains – lorsque l’appareil est en contact avec le corps (lire tout sur ce « Phonegate » sur arazi.fr. D’ailleurs, les consignes de sécurité des fabricants recommandent d’éloigner les cellulaires à au moins 1 cm du corps, distance à laquelle la dose reçue est mesurée en laboratoire. Selon le manuel d’utilisateur du modem de marque FAST de Sagecom installé par Bell, cet appareil devrait être utilisé à au moins 7,9 po (20 cm) du corps de l’usager.

    De plus en plus d’experts et de gouvernements recommandent déjà d’utiliser le plus souvent possible une connexion internet et un téléphone filés, la fonction haut-parleur et un casque d’écoute à tube d’air, de favoriser les textos, de réduire l’usage du Wi-Fi contrôlé par un modem ou routeur qui s’éteint facilement et de mettre ces appareils en mode Avion lorsque la communication sans fil n’est pas requise.

    C’est notamment l’avis du Dr Hugh Scully, ancien président de la Société cardiovasculaire canadienne et de l’Association médicale canadienne. En 2013, il a affirmé devant les élus torontois qui voulaient offrir le Wi-Fi dans tous les parcs de la Ville Reine : « En tant que spécialiste cardiaque, je suis inquiet du fait qu’environ 20 % des gens ont une sensibilité du rythme cardiaque préjudiciable aux radiations électromagnétiques. » En 2015, la France a même interdit le Wi-Fi dans les crèches et les garderies et limité son usage dans les écoles primaires.

    Une tendance qui se répand sur notre continent : en décembre dernier, le conseil aviseur de la santé environnementale et de la protection des enfants de l’État du Maryland a recommandé de préférer les connexions câblées au Wi-Fi dans les écoles et l’État du Massachusetts étudie présentement cinq projets de loi visant à limiter l’exposition au rayonnement de RF/micro-ondes.

    À lire : Wi-Fi as a Very Substantial Threat to Human Health

  • L’électrohypersensibilité de plus en plus reconnue

    L’électrohypersensibilité de plus en plus reconnue

    Dre Riina Bray, directrice médicale du Environmental Health Clinic affilié à l'Université de Toronto.

    Le département américain du Travail affirme que les personnes atteintes d’électrohypersensibilité (EHS) peuvent bénéficier d’accommodements raisonnables au travail. Son service Job Action Network recommande notamment aux employeurs de leur permettre le télétravail et de leur fournir des téléphones et connections Internet filés.

    Pour sa part, dès 2017,, la France exigera que les employeurs protègent leurs employés contre des champs électromagnétiques (CEM) jugés trop élevés car corrélés à des effets indésirables (maux de tête, vertiges, fatigue inhabituelle). Selon le décret du 3 août 2016 relatif à la protection des travailleurs contre les risques dus aux CEM : « Lorsque, dans son emploi, la femme enceinte est exposée à des champs électromagnétiques, son exposition est maintenue à un niveau aussi faible qu’il est raisonnablement possible d’atteindre. »

    L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES) de la France vient aussi de reconnaitre que les radiofréquences (RF) émises notamment par le téléphone cellulaire ont un « effet possible » sur les fonctions cognitives des enfants de moins de six ans. Elle invite les parents à apprendre aux enfants à utiliser le kit mains libres, à limiter la fréquence et la durée des appels, et à éviter les communications nocturnes.

    Par ailleurs, l’ANSES mène jusqu’au 30 septembre une consultation publique sur son projet de rapport sur l’EHS. Cette revue de la littérature résume plus de 300 publications scientifiques sur le sujet ainsi que les témoignages de nombreux médecins, chercheurs, citoyens et élus. Son rapport de 297 pages mentionne notamment : « La contribution de Dieudonné (2016) est importante, car elle montre que, dans la plupart des cas, l’effet nocebo [dû à une crainte des ondes] n’est pas la cause des premiers symptômes ressentis par les sujets EHS, mais elle n’exclut en rien que cet effet joue un rôle dans la persistance des symptômes. »

    Malgré l’absence de consensus médical autour de l’EHS, de plus en plus de médecins se réfèrent aux lignes directrices pour son diagnostic et son traitement publiées par l’European Academy of Environmental Medicine.

    Conférence de la Dre Riina Bray

    De 3 à 5 % de la population serait sévèrement atteinte d’EHS et au moins 35 % souffre de symptômes modérés, souvent sans savoir qu’ils sont causés par les champs électromagnétiques (CEM), affirmait le 13 août la Dre Riina Bray dans le cadre d’une conférence présentée à la Foire Écosphère Montréal. Leur santé s’améliore quand leur niveau d’exposition aux RF diminue, même à leur insu, affirme la directrice de l’Environmental Health Clinic de l’Hôpital Women’s College, affilié à l’Université de Toronto. « Seulement de 1 à 2 % au maximum de mes patients qui disent souffrir d’EHS ont plutôt une phobie », précise-t-elle. Les autres se classent dans cinq catégories : 1. intoxication aux métaux lourds ou port d’implants métalliques; 2. infection rendant le système neurologique vulnérable; 3. lésions neurodégénératives (sclérose en plaques, tumeurs, etc.); 4. perturbations du rythme cardiaque ; 5. problèmes de fatigue et d’épuisement.

    Elle ajoute : « Les preuves scientifiques sont suffisantes : il n’y a aucun doute que les CEM ont un effet sur toutes les cellules de notre corps. » Les RF peuvent notamment réduire la circulation sanguine au cerveau, causer un stress oxydatif, endommager l’ADN, ouvrir la barrière hémato-encéphalique, réduire la production de sérotonine et de mélatonine, causer de l’inflammation et nuire au sommeil.

    Ses prescriptions

    La Dre Bray recommande d’éviter les fours à micro-ondes (« C’est fou ce qu’ils fuient »), de bloquer les ondes en plantant des arbres et en utilisant des matériaux et des tissus blindants métalliques, de tenir son cellulaire à au moins un demi-pouce du corps tel que recommandé par les fabricants, de mettre les cellulaires et tablettes en mode avion et de débrancher les téléphones sans fil la nuit. Elle conseille aussi de se mettre à la terre dans un bain, un lac ou les pieds nus au sol, et d’être suivi en médecine intégrative. Selon elle, environ 70 % des médecins connaissent l’EHS, mais craignent d’en parler car « c’est une patate chaude très politique ». Les écoliers et les enseignants se trouvent particulièrement à risque, dit-elle : « Les professeurs se font assommer par les ondes de façon majeure, mais ne demandent pas d’accommodement, car ils ont peur de perdre leur emploi. Il y a beaucoup d’abus psychologiques qui se passent, c’est terrible, ils n’ont aucun soutien… C’est une question de droits de la personne. Ils ont besoin d’être traités avec respect. »

    Lire Enfin une association québécoise d’électrosensibles dans notre supplément gratuit Maison saine d’automne 2016 et visionnez gratuitement la conférence de Dre Bray sur maisonsaine.ca/zone-video

  • RETOUR  SUR NOTRE LINKY !  

  • Site du DOCTEUR GERARD DIEUZAIDE  ( liens web )  , avec des preuves évidentes du lien entre la toxicité des CEM ETC ET Du linky et les personnes par le test du chirurgien dentiste posturologue  .sur mysmartcab.fr   
  • telematin la  toxicité du linky ?   pas de certitude en tout cas que le compteur ne soit pas dangereux !  merci aux journalistes !        https://youtu.be/3S5I2_ge_fI
  • France bleue ………conférence de presse du 16 mai  » ACTION JURIDIQUE CONTRE LINKY  »   (  liens web )

http://www.robindestoits.org/Pollution-electromagnetique-risque-de-maladie-d-Alzheimer-selon-des-donnees-scientifiques-incontournables-Teslabel-be_a1649.html


DOSSIER : Enquête sur les « circuits bouchons » : lien avec les incendies et autres dysfonctionnements ?! et analyses diverses, dont celle du CSTB

Important pour comprendre comment l’insécurité due à ce dispositif est pratiquement sciemment mise en place. Article long mais « éclairant ».
http://www.next-up.org/…/EDF_Filtre_Bouchon_Poste_Transform…
Concernant les filtres ou circuits bouchons un reportage a été réalisé en UHD, il y a eu d’ailleurs des accroches verbales lors des prises de vues avec les gestionnaires du poste de transformation et de la centrale qui se situait dans le Royan en contre-bas dans un vallon, donc il était possible de réaliser des prises de vues plongeantes sur toutes les installations !
Les gendarmes ont même été appelés par les employés, … ils sont venus à notre rencontre, nous ont regardé filmer avec le matériel et ils n’ont pas dit un seul mot !
Ceci dit il y avait dans cet important poste de transformation 2 circuits bouchons bien visibles de tailles inusitées.

http://www.next-up.org/…/EDF_Filtre_Bouchon_Poste_Transform…

 

Le paradoxe scandaleux dans cette affaire est qu’avant il était strictement interdit de polluer le courant électrique, vous étiez même poursuivis et par prudence EDF avait installé dans les postes de transformations des circuits bouchons justement pour protéger de toute pollution (harmoniques et interharmoniques le courant électrique) et maintenant c’est exactement l’inverse, c’est eux qui polluent le courant électrique et donc réduisent la valeur efficace du courant en joule, ce qui engendre pour les particuliers une surconsommation énergétique à équivalence, donc une surfacturation, un comble !!!!!!!!

« Oui je confirme ce qui vient d’être écrit, ayant travaillé à EDF (plus précisément RTE) comme ingénieur expert du fonctionnement des systèmes électriques pendant 30 ans.
On peut même ajouter, qu’avec l’essor de l’éolien industriel, ces moyens de production sont soumis, avant raccordement , à un cahier des charges technique très simplifié, en comparaison des exigences envers les groupes thermiques ou hydrauliques. De ce fait, l‘électricité produite par ces aérogénérateurs est particulièrement sale, car mal filtrée, générant beaucoup d’harmoniques, d’états transitoires et de fluctuations perturbatrices. Et pour couronner le tout, ils ne participent à aucun service Système, comme le réglage de la fréquence ou de la tension. »

via next-up.org
  1. Un article avec cette présentation, toujours de Next-Up

http://enconscience.cd74.fr/2017/11/09/linky-rapport-cstb-centre-scientifique-technique-batiment/

Avec cette présentation de Next-Up. Ce qui est mis en caractère gras l’est de mon fait :

Linky le Rapport du CSTB (Centre Scientifique et Technique du Bâtiment) – Next-Up

Source : http://www.next-up.org/pdf/Linky_Analyse_Synthese_Rapport_CSTB.pdf

Source : http://ekladata.com/s684fgMoHv9nkM8TDS_QJ1EYyJI/016_Analyse-et-Synthese-Par-Next-Up-du-rapport-du-CSTB.doc

 

Source ANCSTB : https://www.anses.fr/fr/system/files/AP2015SA0210Ra-Anx1.pdf

Analyse et Synthèse du Rapport CSTB sur le Linky   – Par Next-Up

 

Extraits :

3 – Le CPL ne s’arrête pas au compteur (Linky ou non).

 

Ce Rapport est aussi un colossal camouflet pour la SA ENEDIS et à son laboratoire dont les extériorisations n’ont cessé depuis des mois d’inonder les médias, les parlementaires et les élus locaux de fausses informations majeures rassurantes et pas des moindres dont : « les fréquences radiatives CPL s’arrêtent aux compteurs Linky et les trames de données ne sont envoyées qu’une fois par jour la nuit », alors que Bernard Lassus directeur du projet Linky et d’autres responsables de la communication d’ENEDIS savaient évidemment pertinemment depuis toujours que c’était exactement l’inverse !

 

Ce que n’avait pas prévu ENEDIS, car totalement inusitée, c’est la forte mobilisation en R&D d’organisations environnementales, voire de simples ingénieurs souvent retraités d’EDF qui ont permis de faire évoluer les connaissances sur l’architecture du système de comptage connecté Linky qui nécessite la mise en oeuvre de nouveaux types d’appareils de mesures.

 

Si la collecte des index des données de consommation (index stockés) a lieu effectivement la nuit entre minuit et 6 heures du matin, par contre le concentrateur interroge aussi successivement de façon permanente tous les compteurs Linky de la grappe (de quelques dizaines en milieu rural à plusieurs centaines en milieu urbain), afin de surveiller l’état général du réseau Basse Tension et détecter rapidement d’éventuelles pannes.

 

Les compteurs interrogés répondent en transmettant une trame élémentaire très brève de type pulses en fréquences kHz

 

C’est donc un phénomène radiatif permanent polluant nouveau et inédit de style ping-pong qui est généré par le système Linky sur tout le réseau électrique

 

En conséquence chaque compteur Linky sert de relais de proche en proche pour arriver jusqu’au concentrateur. Dans ces conditions le problème est que chaque client reçoit ainsi dans le réseau électrique de son appartement toutes les trames pulsées de tous les compteurs Linky de ses voisins et non pas seulement les siennes

 

Même si cette pollution électromagnétique artificielle constatée de 10 à 250, voire 1500 fois supérieure au bruit de fond dans certaines configurations d’architectures de déploiement en zones rurales, ce qui n’est absolument pas négligeable, est aussi comme le note le CSTB des milliers de fois au-dessous de normes irréalistes ICNIRP en densité de puissance, il n’en demeure pas moins que cette nouvelle pollution est pérenne 24h sur 24 avec un caractère pulsé ce qui aggrave fortement l’impact sur la santé. C’est au final la notion de dose, rapport puissance d’irradiation/temps, qui provoque inéluctablement l’affaiblissement du métabolisme des personnes, ceci sans qu’elles ne le perçoivent immédiatement et lorsqu’elles s’en rendent compte leur métabolisme est atteint souvent de façon irréversible, c’est un processus connu qui aboutit aux pathologies du Syndrome des Micro-Ondes (PDF).

5 – La Commission de Régulation de l’Energie avait lancé l’alerte en 2011 !

 

La CRE acronyme de Commission de Régulation de l’Energie a publié en Juin 2011 un “Dossier de l’évaluation de l’expérimentation Linky”, basé sur une évaluation réalisée sur 300 000 compteurs Linky. La CRE avait conscience que la transmission de la collecte des données par le CPL du Linky étant en mode conduit rayonné il se propagerait dans tous les appartements via tous les câbles du réseau électrique car ceux-ci font office d’antennes.

 

On peut lire page 28 du dossier de la CRE concernant la TIC : ” La transmission des données de la TIC (Télé Information Client) par CPL, qui éviterait la mise en place d’une liaison filaire ou d’un module radio, nécessiterait de mettre en place un filtre dans le compteur, quelle que soit la technologie CPL utilisée. Or, actuellement ce type de filtre ne peut pas tenir dans le volume imposé pour le compteur”. Effectivement un filtre réseau passe bas efficace avec tore en ferrite pour éviter la saturation et des fils de section suffisante ont des dimensions incompatibles avec l’enveloppe d’un compteur standard, donc ne peuvent être intégrés dans un boitier Linky.

 

6 – Une pratique courante dans tous les projets d’EDF : la fuite en avant et la dissimulation

 

Ce qui est surprenant c’est qu’EDF a pourchassé pendant des décennies toutes les personnes qui ayant créé un réseau CPL privé devaient obligatoirement installer un filtre en tête de leurs branchements afin d’éviter que ceux-ci ne polluent le réseau électrique Basse Tension.

 

La réglementation opposable stipule :

« La mise en oeuvre d’un réseau CPL est libre dès lors qu’il se situe derrière le compteur, “sous réserve qu’il n’entraîne aucune nuisance à autrui, auquel cas le matériel doit être retiré”.

Pire par prudence tous les postes de transformation ont été équipés de circuits dits bouchons pour bloquer toutes éventuelles trames des CPL et autres harmoniques ou interharmoniques afin que la sinusoïde de la fondamentale 50 Hz du courant électrique garanti explicitement propre dans le contrat puisse rester propre ! Aujourd’hui que voit-on ? ENEDIS et EDF démontent systématiquement dans tous les postes de transformations du réseau électrique tous les circuits bouchons et en parallèle modifient unilatéralement en catimini les termes des contrats de leurs clients en précisant que maintenant l’électricité peut comporter plusieurs fréquences.

 

Aujourd’hui le courant électrique n’est plus conforme, c’est à dire propre, comme un carburant à la pompe, il y a évidemment non seulement des problèmes de compatibilité avec la majorité des installations électriques existantes qui ne sont pas adaptées (blindées), mais aussi avec les équipements dont le marquage CE ne prend en compte ces modifications physiques d’interopérabilité de ce nouveau type d’énergie électrique.

 

page 32 du rapport du CSTB, sic :

Globalement, sur l’ensemble des campagnes de mesures réalisées, les niveaux maximum de champ magnétique généré par les trames de communications Linky sont entre 10 et 250 fois plus élevés que les niveaux de bruit ambiant.”

 

Next-up organisation a constaté in-situ, notamment à Lyon et Avignon que ces chiffres annoncés par les CSTB sont une fourchette basse, car suivant l’architecture des grappes de Linky ces valeurs peuvent souvent atteindre 1000 à 1500 fois le niveau de bruit de fond ambiant notamment en zones rurales, ce qui n’est absolument pas anodin en terme d’impact sur la santé publique.

 

C’est la LDE, c’est-à-dire les pulses des trames en KHz sur tous les câbles électriques des appartements de TOUS LES LINKY de la grappe du même concentrateur, soit généralement plusieurs centaines de compteurs Linky qui rendent les personnes possédant un compteur Linky malades !!

 

A ce jour, cette toute nouvelle pollution en champs proches, monsieur Olivier Merckel responsable de l’évaluation des risques des nouvelles technologies, à l’ANSES ne l’a toujours pas étudiée (clusters), comme d’ailleurs les effets dits athermiques des irradiations micro-ondes des communications mobiles sur le métabolisme.

 

Ensuite en allant à l’essentiel du rapport se pose la question du comparatif avec les pseudos normes de l’organisation privée ICNIRP, c’est-à-dire des normes imposées par les industriels, puis validées en droit européen et enfin transposées en droit français.

 

Bien évidemment comme pour celles des antennes relais, elles ne sont absolument pas réalistes, elles n’ont aucune valeur, néanmoins par contre leurs seuils déclenchent obligatoirement des maladies.

 

Ce qui veut dire et très peu de personnes l’ont compris, qu’en-dessous de ces normes bien évidemment toute la population est impactée biologiquement.

 

Donc des valeurs radiatives inférieures 1000 ou 6000 fois aux normes (comme dit dans le rapport du CSTB) ne veulent absolument pas dire innocuité comme le laisse sous-entendre l’ANSES.

 

9 – Nouveau système connecté Linky = Nouveaux appareils de métrologies Ce rapport montre aussi clairement une obligation de développer des appareils de mesures spécifiques pour le Linky. Face à la complexité ces appareils se doivent d’être simples de mise en oeuvre, voire totalement automatiques afin que les personnes profanes puissent bien voir pour comprendre ce qui se passe dans le réseau électrique de leurs appartements avec le compteur connecté Linky. R&D métrologie Linky : A ce jour il n’existe que très peu d’appareils de mesures accessibles au grand public. Les appareils de type professionnel sont de surcroit onéreux et complexes de mise en oeuvre. Suivant un cahier des charges drastique l’organisation a fait étudier et produire par un industriel un Kit Automatique de Mesures Linky et Contrôles Filtres

 

CPL = Surconsommation d’énergie = Factures qui augmentent

 

La LDE engendre une surconsommation d’énergie … payée par les consommateurs ! Les Expertises Judiciaires qui vont être demandées ne pourront que confirmer qu’avec la Linky Dirty Electricity (les harmoniques et interharmoniques du CPL du Linky) en kHz EDF/ENEDIS commercialise de l’énergie électrique dont le rendement de 1 kWh est inférieure à 3 600 KiloJoules, donc de mauvaise qualité, ce qui engendre à équivalence une surconsommation d’énergie électrique.

 

Pourquoi ? Tous les électriciens le savent, parce que les lois de la physique universelle et les mesures démontrent que dans tous les cas les harmoniques (fréquences parasitaires multiples de 50 Hz) et les interharmoniques (fréquences parasitaires qui ne sont pas multiples de 50 Hz) de la LDE provoquent une diminution de la Valeur Efficace (RMS) du fondamental (courant électrique 50 Hz) et en corollaire par des effets issus de facteurs physiques (des pertes dans tous les circuits magnétiques appelées aussi pertes de fer, courants de Foucault, échauffements, surcharges, etc …) une augmentation de la consommation qui est compensée en équivalence (régulation), un comble pour un compteur dont ENEDIS promet l’inverse !

 

A cela se rajoute, toujours par rapport à la Linky Dirty Electricity et les lois de la physique universelle une kyrielle d’autres problèmes qui sont constatés actuellement par les consommateurs, soit des troubles fonctionnels de synchronisation et dysfonctionnements intempestifs qui diminuent la durée des machines tournantes (notamment tous les moteurs des appareil ménagers), mais qui aussi abrège la durée de vie de l’électronique (dont celle des postes de télévision), des condensateurs de protection des batteries (dont ceux des onduleurs) ainsi que celle de tous les condensateurs de filtrage des alimentations électroniques, provoque l’échauffement du neutre (incendies sur les chemins de câbles et les installations sous-dimensionnées), augmente fortement les harmoniques des tubes fluorescents et de toutes les LFC, dérègle les protections électroniques des circuits par des retards ou surcharges, etc

STOP LINKY GRAND PARIS
stoplinky.grandparis@gmail.com

HARMONIQUES ET LEURS EFFETS SUR LE MATERIEL ETUDE SCIENTIFIQUE

http://www.x86-secret.com/dossier-34-300-mesures_et_tests_cote_reseau.html

Démontre que l’ajout de fréquences différentes va perturber le circuit, ralentir les corrections, etc, donc provoquer l’inverse de ce qui est annoncé par le linky !

La présence de nombreuses harmoniques est néfaste pour le réseau électrique et peut perturber d’autres appareils électriques à cause du rayonnement électromagnétique qu’il provoque. Des normes européennes ont d’ailleurs défini les courants harmoniques maximum admissibles (jusqu’au 39e rang) pour obtenir l’homologation. Dernier point : du aux caractéristiques du réseau électrique et des charges symétriques qui y sont connectées, seuls les harmoniques de rang impairs ont un sens et seront mesurés.

2017.12.16 HARMONIQUES

L’intérêt d’un PF proche de 1 est multiple. Tout d’abord, cela permet de diminuer les pertes sur le réseau électrique, d’éviter l’échauffement des câbles et de réduire les besoins en termes d’onduleur, par exemple. Deux alimentations consommant exactement la même puissance active (disons 500 Watts) déchargeront un onduleur à une vitesse différent selon leur PF. Par exemple, avec un PF de 0.5, un onduleur de 1000 VA sera déchargé en 10 minutes contre 20 minutes pour un PF de 1. Bref, un Power Factor proche de 1 est gage d’un réseau électrique propre.

De Bernard MARCHAL : La compatibilité électromagnétique : l’un des aspects les plus préjudiciables pour le distributeur !

 

LINKY : La compatibilité ÉlectroMagnétique
Un des aspects les plus préjudiciables pour le distributeur !

https://www.fichier-pdf.fr/…/compatibilite-electromagnetiqu…

 

La Compatibilité ElectroMagnétique Préambule « Définition et application ». La Compatibilité ElectroMagnétique (CEM) est l’aptitude d’un appareil ou d’un système électrique, ou électronique, à fonctionner dans son environnement électromagnétique de façon satisfaisante, sans produire lui-même des perturbations électromagnétiques gênantes pour tout ce qui se trouve dans cet environnement.

La compatibilité devant être assurée dans les deux sens, on est conduit à définir deux types de phénomènes :

  • Les émissions ou perturbations désignent les signaux (volontaires ou non) dont la propagation est de nature à nuire au bon fonctionnement des objets ou à la santé des êtres vivants situés au voisinage,
  • La susceptibilité désigne un comportement d’un appareil, en réponse à une contrainte externe (volontaire ou non, naturelle ou artificielle), jugé incompatible avec une utilisation normale. La susceptibilité est aussi appelée l’immunité. Elle met en œuvre 3 éléments :

1• une source : elle génère la perturbation (naturelle ou artificielle)

2• une victime : elle reçoit la perturbation

3• un mode de couplage : le vecteur de propagation, qui transmet la perturbation de la source à la victime. Mode de couplage : Le couplage est un phénomène physique permettant la propagation d’une perturbation de la source à la victime.

On distingue plusieurs modes de couplage :

1• conductif : la perturbation se propage sur les câbles de liaison (pour l’alimentation ou l’échange d’information) comme le CPL du Linky

  • rayonné : la perturbation utilise les champs magnétiques, électriques ou électromagnétiques comme le rayonnement produit par le CPL du Linky, son module ERL ainsi que le concentrateur du dispositif.

CHAPITRE 1 : Linky et les bandes de fréquences Particularité du compteur Linky : Contrairement à ce que prétend ERDF, je cite,

« la bande de fréquence utilisée par Linky (CENELEC A de 10 à 95 khz dans ses extrémités) est réservée pour la communication CPL du distributeur »,

on oublie de préciser une condition essentielle, cette bande n’a absolument aucune exclusivité sur les services affectataires présents sur ces mêmes fréquences et ne devrait pouvoir en aucun cas avoir de légitimité en cas de problème ! Le statut des affectataires définit des conditions d’exclusivité, de priorité ou d’égalité pour l’utilisation des bandes attribuées a des services de catégorie primaire. (1)

2017.12.16 services affectataires Bernard Marchal

2017.12.16 ch3 B.Marchal

 sur un site / au cpl !

La communication par courants porteurs en ligne (CPL) consiste à utiliser le réseau électrique pour transmettre des informations. Contrairement aux idées reçues, elle s’appuie sur le canal de transmission (le câble) faux  et non pas sur le courant électrique qui circule dans le réseau. En effet, le signal CPL se propagera sur le canal de propagation du réseau électrique même s’il n’est pas sous tension faux (sous réserve que le modem CPL ait une alimentation de secours et que le protocole n’utilise pas la synchronisation avec le 50Hz pour communiquer).

EN COUPANT LE DISJONCTEUR VOUS N ‘ avez plus de cpl !

Presqu’un siècle d’existence…

Développé en 1928 par AT&T, le CPL a connu plusieurs usages. À ses débuts, la technologie était utilisée pour apporter l’accès Internet aux foyers sous le nom du BPL (Access Broadband over Power Line). Ce dernier n’a pas connu grand succès, notamment suite à son incapacité à délivrer à temps, un débit suffisant à un coût acceptable, mais aussi à cause de l’émergence d’autres technologies d’accès dont l’ADSL. En parallèle, le CPL indoor connaît lui une large installation dans les foyers jusqu’à aujourd’hui, reliant les boitiers des box internet et télévision. Ces dernières années, le CPL connait un nouvel usage et trouve sa place dans les smart  grids.

frise finale

Les compteurs intelligents, nouvel usage du CPL

Compteur Linky
Compteur intelligent ERDF (Linky)

Plusieurs applications smart grids se sont avérées opérables via le CPL. Il peut contribuer à un meilleur autocontrôle et monitoring du réseau de distribution électrique, proposant une gestion énergétique fine (contrôle de l’éclairage intérieur ou extérieur, du chargement de véhicules électriques, et d’autres applications liés aux réseaux intelligents).

Mais c’est surtout pour la mise en place des compteurs intelligents que le CPL est aujourd’hui utilisé. En opposition avec le modèle historique d’un agent qui se déplace plusieurs fois par an pour relever la consommation électrique des bâtiments, les compteurs intelligents communiquent de manière bidirectionnelle avec le réseau du distributeur d’énergie. Ainsi, les informations concernant la consommation énergétiquesont automatiquement envoyées au distributeur d’énergie qui peut également envoyer au compteur des instructions de pilotage.  L’évolution vers les compteurs intelligents permet d’optimiser la consommation et la production de l’énergie en mesurant et agissant à distance sur le réseau de basse tension.

La technologie CPL a été aujourd’hui essentiellement  adoptée pour transférer les données entre le compteur et le concentrateur data en réseau basse tension. Dans la suite de la chaine électrique, le concentrateur est lui relié aux systèmes de gestion de données en utilisant d’autres technologies comme le GPRS. Bien qu’il soit opérant en basse et moyenne tension, l’utilisation du CPL est aujourd’hui majoritairement limitée aux lignes de basse tension.

 

bt

TROMPERIE le cpl passe dans l ‘ habitation à travers tous les câbles ! il passe le compteur ( linky ou pas) 

Concurrence rude des standards

Contrairement aux États-Unis, où presque tous les services publics ont choisi les technologies sans fil pour relier les compteurs intelligents à leur réseau, les pays européens sont beaucoup plus favorables aux technologies CPL. L’Europe a connu la naissance de plusieurs standards de la technologie CPL qui s’affrontent dans la domination du marché des smart grids. Les alliances sont constituées par les différents acteurs du secteur de l’énergie, incluant également les constructeurs et les intégrateurs dont le but est de promouvoir les spécifications des technologies qui leur sont associées pour étendre leur déploiement dans le monde.

Les standards CPL diffèrent essentiellement par leurs débits, leurs bandes de fréquence, et leurs types de modulation. Quatre technologies principales se distinguent :

 

  • Le CPL G3 lancé par ERDF et promu par l’alliance CPL G3 : Opère derrière le compteur Français «Linky», est maintenant utilisé pour environ 300.000 compteurs pilotes en France, mais devrait passer à 3 millions de mètres en 2016 et environ 32 millions de compteurs en 2020. Le déploiement de cette norme est en train de se répandre dans le monde notamment en Asie au Japon, où le plus large distributeur japonais Tepco a adopté la spécification G3-PLC pour ses futurs installations de compteurs.
  • Le CPL Prime du distributeur espagnol IBERDROLA : Utilisé dans plus de 2,5 millions de compteurs déployés  en Espagne, mais aussi ailleurs en Europe, en Australie et au Brésil.
  • Le CPL More du distributeur italien Enel, promu par l’alliance Meters & More: Adopté dans le déploiement des compteurs intelligents en Italie et une partie de l’Espagne où Endesa, la filiale du distributeur italien Enel, distribue le réseau électrique.
  • Le CPL Homeplug Green Phy de l’alliance HomePlug: Particulièrement populaire dans le cadre du véhicule électrique et des applications Smart Home, la norme a pu également s’affirmer dans le domaine du comptage intelligent après avoir conquis la Chine, l’Australie et l’Allemagne.

cartePLC

Les acteurs de l’énergie ont ainsi l’embarras du choix parmi une liste déroutante de technologies CPL. Certains pays, leaders des standards, ont déjà fait leur choix et se sont engagés à vie en investissant massivement dans le déploiement de leurs normes. Le véritable challenge est donc maintenant celui des pays qui ne se sont pas encore positionnés et qui vont devoir à leur tour décider de la norme à adopter, avec des interrogations sur les critères de sélection.

Les constructeurs sont de leur côté partagés entre la revendication de la dominance d’une technologie particulière et le maintien d’une ouverture à l’une des technologies qui finira au sommet du marché. Certains prennent le défi de construire des systèmes qui peuvent soutenir une variété de technologies CPL et sans fil, destinés à travailler dans un éventail de besoins en matière de compteurs intelligents.


études :

Un groupe de 5 jeunes lycéennes Danoises de l’école de Hjallerup ont mené une expérience sur des graines de cresson. Ces étudiantes avaient pour objectif de déterminer si oui ou non, les ondes wifi influençaient le développement de certains végétaux. Les résultats sont effarants.

Pendant 12 jours, les étudiantes Danoises ont étudiés deux semences de cresson. La première exposée aux ondes wifi, la deuxième isolée de toute radiation. Résultat : les graines exposées n’ont presque pas germé et quelques-unes ont même muté, alors que celles situées dans la chambre sans radiation ce sont développées sans problème (comme le montrent les deux photos ci-dessus).

Les jeunes scientifiques avaient sérieusement préparé leur expérience en répartissant leurs graines sur 12 assiettes, pour ensuite les déposer dans deux chambres distinctes, la première a été exposée aux ondes d’un routeur wifi de la norme IEEE 802.11g, la seconde non. Les mêmes conditions d’éclairage et d’arrosage ont été orchestrées sur les différentes semences.

L’idée de cette expérience leur est venue des difficultés rencontrées à se concentrer pendant les cours. L’une d’elles raconte : « nous pensions que les problèmes de concentration à l’école et parfois d’insomnie venaient du fait que nous dormions avec nos téléphones portables à côté de notre tête ». De ce constat, elles ont imaginé une expérience facilement réalisable montrant l’effet des ondes. Elle ajoute : « c’est vraiment effrayant d’observer un effet aussi flagrant et nous avons été vraiment frappées par de tels résultats. »

Cette expérience simple et ingénieuse a tout de suite attiré l’attention des spécialistes en ondes électromagnétiques. De très sérieux chercheurs du Royaume-Uni, de Suède et des Pays-Bas ont montré un intérêt pour le projet. Certains ont décidé de reproduire l’expérience dans leurs laboratoires scientifiques. Le professeur Olle Johansson de l’Institut Karolinska de Stockholm commente : « dans les limites de leurs compétences, les filles ont mis sur pied et documenté un travail d’une grande élégance. La richesse de détails et de précisions est exemplaire, le choix du cresson est très intelligent, et je pourrais continuer mes éloges. »

 

"WI-FI : Des expériences avec le cresson attirent l'attention internationale" - Bioalaune.com - 23/05/2013

Au final, les étudiantes ont reçu le prix du concours « Jeunes Chercheurs ». Fort des conclusions tirées de leur expérience, elles ont décidé de poser leurs téléphones à l’extérieur de leurs chambres et d’éteindre leurs ordinateurs systématiquement avant de se coucher.

Pendant ce temps-là, un peu partout dans le monde le wifi se démocratise en devenant de plus en plus commun, puissant et rapide. Dernièrement, le Coréen Samsung vient de battre un record de vitesse pour un réseau wifi en obtenant une liaison avec un débit de 40 Go/s. Une telle vitesse équivaut à une bande passante capable de transférer 10 films HD en une seconde. De tels débits pourraient arriver dans quelques années avec la norme 5G.

Rédaction : Mathieu Doutreligne

Source : http://www.bioalaune.com/fr/actualite-bio/7345/nocivite-des-ondes-wifi-remise-en-question-des-etudiantes-danoises

  • Filtres pour bloquer la Linky Dirty Electricity      Next-up organisation  Document provisoire sujet à actualisations en fonction des connaissancesAvant-proposENEDIS n’écoute pas les citoyens consommateurs et veut imposer son compteur connecté Linky ceci malgré les contrats signés opposables qui ont force de loi. En conséquence il est légitime et nécessaire de changer de stratégie en rendant tant que faire se peut à la marchandise appelée courant électrique sa qualité originelle en annihilant légalement en tête de son branchement sur l’installation privée les signaux parasitaires du CPL de la LDE acronyme de Linky Dirty Electricity.ENEDIS fait fi des caractéristiques du courant électrique qui sont explicitement définies et garanties par les termes d’un contrat signé entre la SA EDF et le Client, c’est pourtant une notion fondamentale du droit commercial opposable qui ne peut souffrir d’aucune rupture unilatérale sans dédommagement pour le consommateur.Cette action d’annihilation de la LDE, données Big Data incluses permettra d’établir un nouveau rapport de force salutaire.La problématique du système connecté numérique Linky d’ENEDISActuellement  les signaux du CPL sont  dans la bande des Radio Fréquences en kHz  suivant le protocole G1.Un nouveau protocole G3 plus performant [Le cartel G3] est en cours de déploiement, c’est dans la normalité, l’évolution vers le CPL  G4 sera nécessaire en fonction de l’augmentation des données collectées dans une nouvelle bande de fréquence qui pourrait bien être en MHz.Le syllogisme avec la téléphonie mobile est parfait, en effet il y a eu au début la 2G,  la 3G, puis actuellement la 4G et prochainement la 5G, ces évolutions technologiques sont chroniquement et immuablement constatées suivant le postulat : plus il y a un besoin de débit et plus la fréquence augmente.En conséquence le débat savamment entretenu sur le CPL Haut Débit en MHZ ou Bas Débit en kHz actuel du Linky est un faux débat pour enfumer et comme habituellement ensuite il ne sera plus possible de faire marche arrière, c’est suivant cette « politique bien huilée » que la France se retrouve par exemple actuellement avec 35 millions de toitures amiantées !  La LDE est une nouvelle pollution environnementale (valeurs amplitudes d’harmoniques parasitaires) ayant une architecture spécifique actuellement totalement inexistante sur l’ensemble du territoire national, en syllogisme c’est exactement pareil que l’architecture GSM (évolutive) des antennes relais de TM qui n’existait pas il y a environ deux décennies, ceci malgré la présence de moult antennes émettrices depuis plus d’un siècle.Autre paramètre important, le système connecté évolutif Linky possède plus de 50 % de mémoire en réserve upgradable à distance ceci sans aucune intervention chez le client, ce qui signifie clairement que lorsque un Linky est installé, c’est comme un cheval de Troie,  ENEDIS décide des modifications logicielles comme elle le souhaite.Le système rayonnant connecté numérique LinkyLe compteur numérique connecté Linky d’ENEDIS possède une interface CPL (Courant Porteur en Ligne) destinée à émettre des informations et recevoir des ordres ou des mises à jours transportés par des signaux en kHz superposés à la fréquence 50 Hz sinusoïdale du courant électrique appelée fondamentale.Linky est donc un dispositif connecté de transmissions et collecte [ENEDIS et Big Data] de données privées en voies montantes et descendantes suivant un bus informatique de liaisons en réseau de plusieurs points de livraisons de consommateurs indépendants entre eux. Celui-ci pouvant fonctionner de manière indépendante, mais  comportant plusieurs canaux (un par abonné) il permet des communications successives.1/3C’est le câble d’alimentation électrique commun provenant du transformateur MT/BT  via un ou des concentrateurs qui considéré comme un bus qui véhicule pour des dizaines ou centaines d’abonnés les signaux (trames) CPL, ce qui signifie que chaque abonné reçoit non pas que ses signaux personnels, mais en sus ceux de toutes les trames de tous les compteurs Linky de son quartier, cet aspect technique a une grande importance dans les valeurs radiatives qui se retrouvent sur tout le réseau électrique non blindé des clients d’EDF.En effet il est constaté sur le terrain qu’il y a par rapport à l’affaiblissement du signal (rayonné) en fonction de la distance (300 mètres maxi environ), des effets dits ping-pong ou répéteurs du signal avec amplification entre les compteurs Linky afin de relayer les informations ou les ordres du concentrateur jusqu’au dernier compteur et inversement, ceci sur des distances pouvant atteindre 7 relais de 300 m de compteurs Linky soit une distance pouvant atteindre 2100 mètres.Avec ce système chaque abonné sera plus ou moins soumis personnellement à des valeurs cycliques différentes de trames fréquentielles temporelles de Linky Dirty Electricity par conduction dans tout son réseau électrique ! Variante : dans le cas de zones éloignées, les compteurs Linky seront déployés non pas par liaison CPL, mais carrément avec des systèmes émetteurs de communication mobile GSM en rayonnement Hautes Fréquences microns-ondes pulsées.Le système rayonnant connecté Linky et ses caractéristiques physiques négativesDans tous les cas  les harmoniques et interharmoniques de la LDE provoquent une diminution de la Valeur Efficace (RMS) du fondamental (courant électrique 50 Hz) et en corolaire par des effets issus de facteurs physiques (des pertes dans tous les circuits magnétiques appelées aussi pertes de fer, courants de Foucault, échauffements, surcharges, etc …) une augmentation de la consommation en équivalence, un comble pour un compteur dont ENEDIS promet l’inverse !Les harmoniques (fréquences parasitaires multiples de 50 Hz) et les interharmoniques (fréquences parasitaires qui ne sont pas multiples de 50 Hz) suivant les amplitudes des trames fréquentielles temporelles de la LDE engendrent non seulement à équivalence une augmentation de la consommation d’énergie par des pertes dans tous les circuits magnétiques appelées aussi pertes de fer et des courants de Foucault, qu’il faut compenser dans les moteurs, mais aussi des troubles fonctionnels de synchronisation et disfonctionnements intempestifs qui diminuent la durée des machines tournantes. La LDE abrège aussi la vie de l’électronique et des condensateurs de protection des batteries ainsi que celle de tous les condensateurs de filtrage des alimentations électroniques, provoque l’échauffement du neutre, augmente fortement les harmoniques des tubes fluorescents et de toutes les LFC acronyme de Lampes Fluo Compactes, dérègle les protections électroniques des circuits par des retards ou des surcharges, etc …Stop à une nouvelle pollution environnementale = Blocage de la LDE du CPL d’ENEDIS  par des Filtres.Exactement comme dans un ordinateur le Linky décode et « lit » les données qui transitent par les câbles électriques du concentrateur ou d’autres linky en relais répéteurs ou « ping-pong » du signal en fonction de la distance et ceux de l’installation personnelle domestique, sauf … si on bloque des fréquences radiatives en kHz de la LDE (harmoniques) qui véhiculent ces signaux de données par un filtre de puissance de réseau passe-bas.Un filtre dit passe-bas est un filtre qui laisse passer les Basses Fréquences (50 Hz) et qui atténue ou bloque les Moyennes ou Hautes Fréquences (kHz ou MHz).ZOOM GRAPHE DATAs2/3Pendant plusieurs mois des ingénieurs ont réalisé en situations réelles les tests comparatifs acquisitions datas des filtres modulaires secteurs des divers manufacturiers français et européens présents sur le marché professionnel avec comme critères de base la recherche de la meilleure efficacité par rapport aux prix, ceci afin que cette action salutaire soit abordable financièrement au plus nombre de consommateurs hors coût d’installation par un professionnel agréé. Deux filtres d’un fabricant européen agréé CE, non disponibles sur le marché français ont été retenus, les autres n’étant pas performants en atténuation contre la LDE.Ces filtres, certifiés CE par les fabricants qui sont au nombre de deux soit (1+1) un pour une installation monophasée et de trois plus 1 (3+1) pour une installation triphasée doivent comporter des sections de fils importantes ainsi que des bobinages dimensionnés nécessaires au passage du courant suivant l’intensité maximale souscrite, ceci pour éviter non seulement des chutes de tension, mais aussi des échauffements qui pourraient s’avérer très dangereux. De plus les noyaux magnétiques des bobinages (tores) doivent eux aussi être conséquents pour éviter leurs saturations afin que la capacité de filtration soit optimum et non réduite (pouvoir de coupure de la LDE).Néanmoins les constatations en retour de mesures des trames fréquentielles temporelles la Linky Dirty Electricity par oscilloscope chez les consommateurs montrent que les coupures des signaux radiatifs du CPL en fréquence kHz sont certes réduites, mais pas supprimées en totalité par les filtres de puissances de réseau passe-bas, ce qui oblige à adjoindre un filtre capacitif en couplage.

    Un filtre dit capacitif avec condensateur, correspond en transcription grand public à l’équivalence d’un stockage d’accumulation en hydraulique, dit autrement le filtre capacitif va amortir et réguler en s’opposant aux variations brusques de tensions du CPL et autres perturbations ou bruits électriques de la ligne électrique, ce qui va favoriser au maximum l’optimisation du ou des filtres de puissances de réseau passe-bas.

    – Engagement de responsabilité

    Attention, installation électrique = conformité obligatoire = tout bricolage est dangereux et illégal donc totalement à proscrire :  Ces filtres modulaires doivent être impérativement installés par un professionnel agréé à la sortie du Linky ou du DDR (Dispositif Différentiel à courant Résiduel), donc en tête de son branchement sur l’installation privée, ils doivent évidemment être conformes à la puissance souscrite (A) et aux normes donc comporter obligatoirement le marquage de la Certification CE.

    Dégagement de responsabilité

    Attention, tous les réseaux, branchements et modifications électriques doivent êtres « conformes aux normes et exigences de sécurité définies par les lois et règlements » : le présent document susceptible d’être modifié à tout moment est uniquement un simple outil à caractère informatif (média) et ne saurait en aucun cas engager la responsabilité de l’organisation environnementale Next-up.

    – Action filtres pour bloquer la Linky Dirty Electricity

    – Dans l’absolu cette action filtres de santé publique qui rapporté aux 35 millions de compteurs Linky a un coût qui peut être chiffré globalement à plus de 10 milliards d’euro, se décomposant comme suit : Intervention d’installation par un professionnel agrée chiffrée à environ 150 euro minimum et pareillement plus de 150 euro de marchandises (filtres et boitier modulaire éventuel) soit un coût unitaire total de plus de 300 euro.

    – Next-up organisation n’étant pas une société commerciale avec les agréments et les couvertures obligatoires d’assurances qui couvrent les engagements de responsabilités, pour une telle action l’organisation ne peut évidemment s’engager ni dans un processus de cession de matériels, ni même, déontologie légale statutaire oblige dans le conseil d’achat de telle marque de matériels à tel ou tel revendeurs du circuit professionnel. – Le rôle de l’organisation est d’informer pour sensibiliser, ensuite chacun est libre de contacter son électricien agréé pour obtenir un devis de pose de filtres pour annihiler les trames fréquentielles temporelles parasitaires de la LDE qui sont générées par la fréquence polluante du CPL en kHz injectée par ENEDIS.

    – Planification Action sensibilisation Filtres Linky : Par contre Next-up organisation va approvisionner dans les meilleurs délais possibles en appareils de contrôle de mesures de valeurs de LDE et en filtres anti Linky Dirty Electricity les points de France Démo Linky afin que les associations et collectifs puissent lors de leurs réunions de sensibilisation réaliser une démo comparative de mesures avec ou sans filtre(s).

    –  LA QUALITÉ DE L’ÉLECTRICITÉ  Alain ROBERT Faculté des Sciences Appliquées Université Catholique de Louvain – PDF

    – Clip vidéo HD : Comprendre et bloquer par des filtres la Linky Dirty Electricity et mise en garde à ENEDIS

    – Clip vidéo HD : Le Linky n’est pas obligatoire et mise en garde aux clients d’EDF/ENEDIS (droit commercial)

  • la CATASTROPHE DU NUMERIQUE CHEZ LES TOUS PETITS ! EXPLOSION DE PROBLEMES ! DENONCEE PAR BEAUCOUP DE MEDECINS ( PMI ETC)   figaro.fr ! MERCI à la mairie et au maire Patrick Ollier de participer à l intoxication numérique des le plus jeune âges ! ( l article de Rueil info de mai 2017 est édifiant ) ( voir page blog) sans aucune documentation  , ni esprit critique , l histoire se répète !
  • malgré les lanceurs d alertes !
  • https://www.crashdebug.fr/high-teck/13614-l-explosion-des-troubles-chez-les-tout-petits-surexposes-aux-ecr

pour leMême si vous ne le ressentez pas physiquement, sachez que le Wifi (au bureau comme à domicile) en raison de sa structure particulière d’ondes (pulsées en extrêmement basses fréquences), vous expose à ces principaux effets biologiques :

– la perte d’étanchéité de la barrière hémato-encéphalique (barrière sang-cerveau) ;
– la perturbation de production de la mélatonine et de l’acétylcholine (mémoire, concentration, humeur) ;
– la déstabilisation des régulations membranaires ;
– les dommages génétiques.

NB : Le gouvernement allemand recommande l’utilisation des connexions filaires pour raison sanitaire (Fibre optique ou cuivre pour le déploiement industriel, USB ou Ethernet / RJ45 en intérieur), qui procurent une plus grande fiabilité technique (meilleure stabilité, meilleur débit, meilleure confidentialité) tout en préservant la santé. Et de désactiver l’option Wifi, qui est activée par défaut sur la plupart des modem fournis pour l’accès à Internet par ADSL.
La Parlement Européen et le Conseil de l’Europe préconisent également l’abandon du Wi-fi.       wifi

 

 

 

 

 

ANTENNES RELAIS PAS DE DANGER ? de qui se moque t’ on !

C’est une victoire pour les habitants de Villeneuve de La Raho, près de Perpignan. Neuf ans de lutte pour faire disparaitre du paysage les antennes relais des opérateurs de téléphonie mobile. 11 antennes ont été démontées.

Par Olivier Le CreurerPublié le 07/06/2017 à 10:33

C’est un cri de joie et de soulagement. Le démontage des antennes de téléphonie mobile a Villeneuve de la Raho. Ce collectif de riverains du château d’eau se félicite de la décision de justice. Au total onze antennes de l’opérateur SFR ont été déboulonnées ; celles de Bouygues devraient suivre dans quelques jours.

Je persiste à dire qu’on n’a pas été malade pour rien

« Je persiste à dire qu’on n’a pas été malade pour rien, » insiste Maryse Batlle, Présidente du collectif « Un mât pour les ondes » Pendant plus de 9 ans le collectif a lutté, denonçant la proximité des antennes à seulement quelques mêtres des habitations.

Nous avons eu trois cancers d’enfants à l’école du village

« Nous avons eu trois cancers d’enfants à l’école du village, que l’un est décédé à l’âge de 14 ans, après cinq ans de souffrance. Alors, bien sûr, les opérateurs ne vont pas vous dire que c’est de leur faute. Mais, dans cette école, il n’y avait jamais eu de cancer, » explique Paulette Palau.

La décision du tribunal intervient au moment où les contrats d’occupation du domaine public des deux opérateurs arrivent à écheance. Le troisieme opérateur, Orange, n’est lui pas concerné par la décision de justice et son contrat s’achève en 2019. Son renouvellement sera soumis à la décision de la communauté urbaine de Perpignan.

 

 Article complet «Fibromyalgie de 2005 à 2015» téléchargeable en bas de page.Année 2015 : Une étude pilote française ACTIPOL, multicentrique (Paris Ile-de-France, Bretagne, Loire) regroupant les docteurs JL Renevier, D Baron et JF Marc se base sur l’importance d’un sommeil réparateur pour améliorer la qualité de vie des patients fibromyalgiques. En effet dès 1975, le Prof H Moldofsky avait démontré (article, la saga Fibromyalgie 1) la capacité à déclencher un état douloureux diffus fibromyalgiforme par épreuve de privation du sommeil. Les dernières données EULAR 2014 confirment la pertinence à améliorer le sommeil des patientes fibromyalgiques et si possible de manière non médicamenteuse.

L’utilisation quotidienne pendant 3 mois, d’un champ magnétique corps entier (CMCE) à faible niveau d’énergie (2,5 Gauss soit 5 fois le champ magnétique terrestre) donc sans aucun risque, disposé sous le matelas de sa literie, permet de restaurer un sommeil qualitatif (scores de Spiegel et Vis Morgen) en imposant pendant le sommeil un axe nord/sud magnétique craniopédieux. Ce champ homogène et continu protège le patient des fluctuations du champ magnétique terrestre (en moyenne 0,5 Gauss) et des champs magnétiques parasites (TV, antennes relais wifi, lignes à haute tension…). L’amélioration rapide du sommeil génère secondairement une amélioration de l’état douloureux et de fatigue. (44) (45) (46) – (voir bibliographie sur PDF téléchargeable en bas de page).

Moldofsky H. P. Musculoskeletal Symptoms and Non-Rem Sleep Disturbance in Patients with Fibrositis Syndrome and Healthy Subjects. 1975. Psychosomatic Medicine 371 : 341-351.

Moldofsky H. P. Induction of neurasthenic musculoskeletal pain syndrome by selective sleep stage deprivation. 1976. Psychosom. Med. 38 : 35-44.

Plusieurs études ont cherché à décrire chez les personnes diagnostiquées Fibromyalgie, le rôle des déterminants de santé (consommation de tabac, obésité, stress, statut social et économique, bien-être psychologique, etc.) ou des facteurs de l’environnement dans la survenue et le développement de ce syndrome, sans toutefois parvenir à établir de lien avec la survenue de ce syndrome.

L’INVS (Institut de Veille Sanitaire), fait état d’études portant sur le thème « Fibromyalgie et intolérance environ­nementale » : Certaines études relient la fibromyalgie et le syndrome de fatigue chronique à l’intolérance
idiopathique environnementale. Elle toucherait 46 à 67 % des patients atteints de fibromyalgie et 4 à 6 % de la population générale. Elle serait associée à des pollutions environnementales diverses même à très faibles doses qui sont normalement tolérées par la majorité de la population : exposition aux solvants, aux produits pétrochimiques, aux fumées et produits de combustion, aux sources d’agents infectieux, aux sources de plomb issu de carburant, aux pesticides (la France est le 3ème consommateur mondial de pesticides après les USA et l’Inde), aux radiations, aux agents de guerre chimiques (GWS, Golf War Syndrom ou sd de la guerre du Golfe), à la prise de pyridostigmine, au stress psychologique et physique…

Et les médicaments ? 47 % des médicaments ne sont pas utilisés, 22 % retournent en pharmacie, 66 % vont aux ordures, 12 % dans les toilettes… Les médicaments sont rejetés via les urines et les excréments des personnes et des animaux. Ainsi dans l’eau : anticancéreux, ATB, antidépresseurs, anxiolytiques, pilules contraceptives… a priori non totalement filtrés par les stations d’épuration.

On ne sait finalement pas s’il s’agit de facteurs de risque ou du résultat de la condition du patient, ce qui ouvre un questionnement complémentaire sur une éventuelle prévention de ce syndrome.

Au cours de la fibromyalgie (FM), les troubles cognitifs se reflètent dans les plaintes… on parle de « fibrofog », véritable brouillard cérébral perturbant la concentration et le calcul mental mais aussi la vigilance et l’attention intellectuelle. L’utilisation d’un simple auto-questionnaire pourrait permettre de détecter ces troubles cognitifs et éviterait dans la plupart des cas de recourir aux tests neuropsychologiques qui sont pour certains d’un intérêt controversé…(47)

Tesio V. Are Fibromyalgia Patients Cognitively Impaired ? Objective and Subjective Neuropsychological Evidence. Arthritis Care & Research, 2015 ; 67 : 143-150.

Parmi les outils modernes utiles au patient fibromyalgique, on peut retenir des nouvelles applications à orientation médicale, pour la plupart gratuites, pour téléphones mobiles nous faisant entrer de plain-pied dans la e-santé ou la m-santé, santé sur mobiles : tablettes et smartphones tels :

Son dossier santé, par exemple Bewell ou le dossier Santé d’Apple sur iPhone, Fibromapp ouFibromyalgia Diary (ces deux dernières sont dédiées au syndrome de Fibromyalgie mais payantes)

– Fibromyalgia Magazine

– Self management : Your life with fibromyalgia…

– Enfin, une application originale très prometteuse qui plus est bilingue français/anglais Nettelo, (Telo signifie corps en russe) où tout un chacun peut créer son avatar 3D (et l’anonymiser) avec ses vraies mesures corporelles et pourquoi pas notifier les zones douloureuses selon les critères proposés en 2010 par l’ACR. (48)

http://www.nettelo.com

Ainsi se termine cette Saga 2, nul doute que la décennie à venir apportera sa contribution que nous espérons décisive à la prise en charge efficace de cette pathologie encore trop souvent sous estimée et négligée.

Dr JF MARC

Publicités